/news/transports
Navigation

Prolongement de la ligne bleue du métro: la 5e fois sera-t-elle la bonne?

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Trente ans après que ce projet ait été l’objet d’un premier engagement gouvernemental, Québec et Ottawa ont annoncé lundi 32 millions $ pour réaliser le plan d'affaires du prolongement de la ligne bleue du métro vers l’est de Montréal.

«Aujourd’hui, nous confirmons sans l’ombre d’un doute que nous allons réaliser ce projet», a déclaré le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, en compagnie du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, lors d’une conférence de presse dans l'arrondissement de Saint-Léonard.

Évoqué depuis 1979, c'est en 1988 que le ministre des Transports de l’époque, Marc-Yvan Côté, a déposé un plan de transport pour un horizon de 10 ans qui incluait le prolongement de la ligne bleue.

En 1998, Lucien Bouchard avait évoqué la construction d'une nouvelle station pour 2004. Le gouvernement libéral de Jean Charest a ensuite annoncé en 2009 la création d’un bureau de projet portant, entre autres, sur le prolongement de la ligne bleue vers Anjou.

Un gouvernement péquiste a finalement annoncé en 2013 des investissements de près de 39 millions $ pour réaliser des études sur le prolongement de la ligne bleue vers l’est.

16 millions $ chaque

Québec et Ottawa investiront chacun 16 millions de dollars pour la création d’un dossier d’affaires sur le prolongement de la ligne bleue du métro.

Ce dossier d’affaires, qui sera réalisé d’ici 2020, comprendra des plans et devis détaillés du projet. Il permettra de réaliser une analyse exhaustive des coûts et de l’échéancier de celui-ci avant d’entamer les travaux de construction, qui devraient se terminer en 2026.

Le prolongement de la ligne bleue vers l'est de Saint-Michel jusqu'à Anjou sur une distance de 5,8 kilomètres comprend la construction de cinq nouvelles stations de métro et pourrait coûter 3,9 milliards $.

En plus de la somme prévue pour la réalisation du plan d’affaires, Québec a annoncé un montant additionnel de 330 millions $ qui servira à acquérir des terrains et à procéder à l’expropriation d'immeubles.

Le projet prévoit également la création d'un tunnel piétonnier pour rejoindre le SRB Pie-IX, un système rapide par bus prévu pour l'automne 2022 sur le boulevard Pie-IX. Deux terminus d'autobus et un stationnement incitatif souterrain de 1200 places seront aussi aménagés.

Projet« irréversible»?

Philippe Couillard martèle que le prolongement de la ligne bleue est maintenant «irréversible».

«Le projet est garanti. Nous ne pouvons pas dire aux gens de sortir de leur maison et changer d’idée ensuite», a-t-il déclaré, faisant référence aux expropriations à venir.

La professeure au département d’études urbaines à l’Université du Québec à Montréal, Florence Junca-Adenot, rappelle cependant que la répartition du financement de l’ensemble du projet entre Québec et Ottawa n’a pas encore été déterminée.

«Pour que le projet devienne réel, il faut que les gouvernements du Québec et d’Ottawa s’entendent maintenant sur le financement [...] On n’est pas à un point de non-retour. S’il n’y a pas d’engagements concrets au plus tard à l’automne, il sera trop tard», a-t-elle réagi. Selon elle, cette entente financière doit se concrétiser pendant que «l’argent est disponible» à Ottawa pour le financement des projets de transport en commun.