/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

15 ans de libéraux en 10 questions

15 ans de libéraux en 10 questions
Photo Annie T. Roussel

Coup d'oeil sur cet article

Le 14 avril 2003, le Parti libéral du Québec, avec à sa tête Jean Charest, était élu pour gouverner le Québec. Si on exclut les 18 mois de règne péquiste entre 2012 et 2014, le PLQ dirige le Québec depuis ce temps.

Nous avons demandé à nos spin doctors, Marie-Eve Doyon, Steve Fortin et Sylvain Lévesque de répondre à dix questions en rafales sur les 15 dernières années des libéraux. 

1. Qui est le député libéral s’étant le plus illustré selon vous? 

Marie-Eve: Monique Jérôme-Forget Main de fer dans un gant de velours, la truculente présidente du Conseil du trésor a sorti de sa «sacoche» un impressionnant programme d’infrastructure qui a mobilisé bien des «pépines».

Steve: Marguerite Blais Pour son combat afin de reconnaître le travail des aidants naturels.

Sylvain: Robert Poëti Si on lui avait donné la chance, je pense qu’il aurait fait le ménage au ministère des Transports. Son désir de changer les choses m’a semblé sincère.

2. Qui est le député libéral que l’on préférerait avoir oublié?

Marie-Eve: Marc Bellemare  L’homme s’est présenté en politique pour accomplir des réformes qui lui tenaient à cœur certes, mais qui ne se réalisaient pas assez vite pour lui. Il a claqué la porte juste à temps (à un jour près) pour retourner en pratique privée. On connaît la suite.

Steve: Jean Charest Pour l’ensemble de l’œuvre. La majorité des Québécois attend encore de l’entendre témoigner, dans un box, sur la corruption libérale.

Sylvain: Tony Tomassi Il s’est lui-même reconnu coupable de fraude et d’abus de confiance contre le gouvernement, l’ancien ministre de la Famille et député de Lafontaine ne brillait pas parmi les meilleurs.

3. Quelle décision prise par le PLQ a fait le plus progresser le Québec? 

Marie-Eve: Les investissements massifs en infrastructure En période de crise économique, ce programme a largement contribué à la relance économique du Québec.

Steve: Les efforts du ministre Geoffrey Kelley Pour l’ensemble de son travail qui favorise les rapprochements entre les Premières Nations et la société québécoise.

Sylvain: La création du fonds des générations La cote de crédit du Québec s’est améliorée et cet outil force le gouvernement à épargner dans le but de rembourser la dette du Québec.

4. Quelle décision prise par le PLQ a fait le plus reculer le Québec? 

Marie-Eve: La perte d’expertise en matière de génie civil et en informatique Le gouvernement est en situation de vulnérabilité face au secteur privé qui pilote d’importants projets et mène à des dépassements de coûts importants.

Steve: L’inaction en matière de laïcité Le refus «systémique» de s’attaquer à ce dossier par pur électoralisme, pour ménager les sensibilités de son électorat captif, au détriment du bien commun. La politisation du système de justice aussi. Ex æquo.

Sylvain: Le système de financement du PLQ Les fameux ministres à «100 000 $». Plusieurs ministres multipliaient l’octroi de contrats, distribuaient les nominations et offraient des avantages et privilèges pour atteindre les objectifs fixés par le parti. Combien ce stratagème nous aura-t-il coûté collectivement?

5. Nommez-moi une journée ou un moment où vous avez été le plus fier d’un élu libéral?

Marie-Eve: Le 1er octobre 2008 À l’occasion du débat des chefs, quand Jean Charest décrit le Québec dont il rêve (voir ici)  et conclut en disant: «(...) Ce qui l’inquiète, c’est le statut du Québec dans le Canada, moi ce que je veux c’est bâtir la stature du Québec dans le monde. (Visionnez ici).»

Steve: Gilles Ouimet et les CPE Faut relativiser. J’ai bien aimé voir cet ex-député libéral manifester en faveur des CPE.

Sylvain: Le 29 janvier 2017 La soirée de la tuerie à la grande mosquée de Québec, le premier ministre Philippe Couillard a agi promptement. C’est exactement ce à quoi je m’attends d’un chef de gouvernement.

6. La journée où j’ai eu le plus honte d’un élu libéral?

Marie-Eve: Le 6 mai 2010 Tony Tomassi perd son poste pour avoir utilisé la carte de crédit d’une compagnie privée pour payer des dépenses personnelles.

Steve: L’ensemble de l’œuvre de Jean-Marc Fournier Sans commentaires.

Sylvain: 930 jours de honte. Jean Charest a refusé pendant 930 jours d’instaurer une commission d’enquête sur l’industrie de la construction, demandée par feu Sylvie Roy. 

7- Quel est le moment le plus cocasse mettant en vedette un libéral dont vous vous souvenez?

Marie-Eve: Une déclaration de Claude Béchard le 21 octobre 2009 Le moment ou Claude Béchard a prononcé le mot «coït» plutôt que «coite» en citant un article. Il s’est rapidement empressé (avec la collaboration du leader Jacques Dupuis) de s’excuser d’avoir été interrompu!

Steve: Un invité gênant pour Philippe Couillard Le malaise du premier ministre quand son invité, le président de l’Islande Olafur Ragnar Grimsson, a livré un vibrant plaidoyer pour l’indépendance des petites nations en février 2015... 

Sylvain: André Drolet qui a vu jouer Jean Béliveau Le député de Jean-Lesage a affirmé avoir vu jouer Jean Béliveau au vieux Colisée de Québec, ce qui était mathématiquement impossible, car monsieur Drolet est né en 1954.  Béliveau a joué son dernier match avec les As de Québec en 1953. Il s’est fait taquiner bien des années avec cette déclaration. Ce n’est que cette année qu’on a appris que c’était possible: en 1967. On a bien ri quand même! Bonne retraite à André, un chic type.

8- Quel est le moment le plus triste impliquant un libéral ? 

Marie-Eve: Le décès de Claude Béchard. À l’âge de 41 ans, emporté par un cancer. Il avait démissionné quelques heures plus tôt.

Steve: Les derniers mois de Fatima Houda-Pepin comme députée  Le traitement qui lui a été réservé par les intégristes du multiculturalisme au sein de son parti. À ce jour, elle est la seule femme musulmane à avoir perdu son emploi à cause du débat sur la laïcité.

Sylvain: L’histoire de Claude Béchard Lorsqu’on a appris son cancer et son décès prématuré à l’âge de 41 ans, de même que l’histoire horrible de son attachée politique dans sa circonscription.

9- Quel mot définit le mieux le gouvernement libéral des 15 dernières années? 

Marie-Eve: Économie La performance économique du Québec sous la gouverne libérale est impressionnante. De la sortie de la crise financière de 2008 à aujourd’hui, les libéraux ont contribué à améliorer la cote de crédit de la province et à stimuler la croissance.

Steve: Ratatinement  En 15 ans, le PLQ a ratatiné le Québec, en rapetissant sa représentation internationale, en amplifiant le cynisme, en attaquant son identité, en démonisant tout patriotisme. Depuis 15 ans, le Québec se fane, se ratatine.

Sylvain: Multiculturalisme La crise des accommodements raisonnables, le rapport Bouchard-Taylor tabletté, la hausse des seuils d’immigration, le recul du français, le projet de loi sur le visage à découvert et la commission sur le racisme systémique avorté. Les libéraux n’ont pas géré le vivre ensemble depuis 15 ans, pour des raisons électoralistes.

10- Quelle est la pire crise à laquelle le gouvernement libéral a dû faire face? 

Marie-Eve: La crise étudiante de 2012. L’annonce de la hausse des frais de scolarité a été mal amenée, la sortie de crise beaucoup trop longue et les coûts (humains et financiers) beaucoup trop élevés des événements. Aujourd’hui encore, l’opinion qu’on se fait du Québec à l’étranger reste marquée par les images des milliers de jeunes dans la rue.

Steve: La corruption et l’éthique Je continue de croire que si le système de justice était complètement neutre, il serait arrivé au PLQ la même chose qu’au PRO des Lavallois et à Union Montréal

Sylvain: La crise étudiante de 2012 Line Beauchamp, alors ministre de l’Éducation, a démissionné et le gouvernement libéral a été défait quelques mois, suivant la fin de la crise, et remplacé par Pauline Marois. Une crise nettement mal gérée, qui a pris une ampleur démesurée.