/news/currentevents
Navigation

Tuerie à la mosquée: Bissonnette avait 108 balles en sa possession

Voici l'une des photos déposées en preuve jeudi matin au palais de justice de Québec. On y voit Alexandre Bissonnette vêtu d'un habit blanc. La photo a été prise le jour de son arrestation.
Photo courtoisie Police de Québec Voici l'une des photos déposées en preuve jeudi matin au palais de justice de Québec. On y voit Alexandre Bissonnette vêtu d'un habit blanc. La photo a été prise le jour de son arrestation.

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’Alexandre Bissonnette s’est présenté à la grande mosquée de Québec, le soir du 29 janvier 2017, il avait en sa possession 108 balles. Cinquante pour son semi-automatique 9 mm et 58 pour son arme semi-automatique 223, qui s’est enrayée.

Depuis le début des observations sur la peine, les procureurs ont parlé abondamment des balles du 9 mm, dont 48 ont été tirées à l’intérieur et à l’extérieur du Centre islamique de Québec.
 
Ils ont également mentionné que le chargeur du semi-automatique 223 qui s'est enrayé contenait 29 balles.

Toutefois, le soir de la tuerie, lorsque les policiers ont fouillé le véhicule conduit par Bissonnette, ils ont trouvé derrière le siège passager un autre chargeur pour l’arme longue 223, contenant lui aussi 29 balles. Rappelons que l'on a commencé aujourd'hui à «disséquer» les gestes d'Alexandre Bissonnette en présentant des photos prises au lendemain de la tuerie survenue à la grande mosquée de Québec.

Alors qu'il avait gardé la tête baissée mercredi pendant la projection des vidéos, Bissonnette, jeudi matin, avait les yeux rivés sur l’écran qui se trouvait devant lui.

 
De façon minutieuse, Me François Godin, procureur aux poursuites criminelles et pénales, a expliqué au juge François Huot quel chemin le tireur avait emprunté le soir des événements, ainsi que la situation des fidèles qui s'étaient littéralement retrouvés pris au piège.

Des photos du mihrab où s'étaient réfugiés plusieurs hommes, mais aussi des enfants, ont également été présentées en cour.
 
Pendant que les images défilaient à l’écran, les femmes voilées présentes dans la salle essuyaient discrètement leurs larmes.
 
Une image de l'arme longue de Bissonnette a également été présentée. L’arme qui, le soir du drame, s’était enrayée et avait été laissée sur place par le tueur.

La cour reprendra jeudi après-midi

Tout au long de la séance, Alexandre Bissonnette est resté calme, mais son visage était parfois agité par quelques tics.

Il a toutefois éprouvé un malaise lorsque Me Godin a fait état des blessures d'Azzedine Soufiane, atteint par balle à cinq reprises et qualifié de héros pour avoir tenté de désarmer Bissonnette.

«Toutes ces plaies, prises individuellement, sont rapidement mortelles», est-il écrit dans le rapport d’autopsie.

Immédiatement après que cette information eut été donnée, Bissonnette s’est penché sur ses genoux pour ensuite tanguer.

À ce moment, le juge a ordonné l’ajournement de la session.

Extraits des rapports d’autopsie des victimes

Nom: Azzedine Soufiane

  • Âge: 57 ans
  • A reçu 5 projectiles d’arme à feu
  • Conclusion: «Toutes ces plaies, prises individuellement, sont rapidement mortelles.»

Nom: Mamadou Tanou Barry

  • Âge: 42 ans
  • A reçu 3 projectiles d’arme à feu
  • Conclusion: «Seul le projectile tiré à l’arrière de la tête cause des blessures mortelles.»

Nom: Ibrahima Barry

  • Âge: 39 ans
  • A reçu 4 projectiles d’arme à feu
  • Conclusion: L’un des projectiles a atteint le cerveau. «Cette blessure est mortelle.»

Nom: Khaled Belkacemi

  • Âge: 60 ans
  • A reçu 1 projectile d’arme à feu
  • Conclusion: La blessure à la tête est mortelle

Nom: Aboubaker Thabti

  • Âge: 44 ans
  • A reçu 4 projectiles d’arme à feu
  • Conclusion: Trois balles reçues à la tête cause des blessures mortelles

Nom : Abdelkrim Hassane

  • Âge: 41 ans
  • A reçu 1 projectile d’arme à feu
  • Conclusion: La blessure au dos est mortelle