/entertainment/events
Navigation

Joël Dicker heureux de rencontrer ses lecteurs

L’auteur participait à une rencontre de dédicaces pour la première fois à Québec

Joël Dicker heureux de rencontrer ses lecteurs
Photo Jean-Francois Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Le romancier suisse romand Joël Dicker, auteur du méga best-seller La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, adapté en télésérie par Jean-Jacques Annaud et tourné en partie à Forestville, est complètement énergisé par sa visite à Québec – la première « officielle », à titre d’auteur. Il pétille à l’idée de discuter de son nouveau roman, La Disparition de Stephanie Mailer, avec ses lecteurs québécois !

« Humainement, c’est très fort ! J’ai vraiment du plaisir à rencontrer les lecteurs. C’est génial », dit-il en entrevue, peu après avoir terminé sa première séance de dédicaces au Salon international du livre de Québec, en fin d’après-midi.

L’été et l’automne derniers, il a multiplié les allers-retours entre Genève et le Québec pour assister au tournage de la série par la MGM Television. Il attend toujours la date de diffusion et a hâte de voir s’il intéressera ainsi de nouveaux lecteurs.

Joël Dicker, d’une grande simplicité, est heureux et étonné de la réception accordée à La Disparition de Stephanie Mailer, au Québec et en Europe. « Je m’attendais à moins... à ce qu’il y ait moins d’effervescence pour ce livre. Mais c’est parti hyper fort. Dans toutes les rencontres, toutes les dédicaces que j’ai faites en Europe, il y avait un monde fou ! Ça m’a vraiment fait plaisir parce que j’ai un vrai échange maintenant ».

Des surprises

Déjà, jeudi, à Québec, des surprises l’attendaient. « Des gens sont venus de Forestville ! Ils ont vu le tournage et viennent faire signer le livre. La mairesse de Forestville était à Québec pour une réunion. Elle a vu que j’étais là à signer, et elle est vite venue et je l’ai retrouvée. C’est génial parce que j’ai créé des liens ».

Il n’avait jamais fait de rencontres en librairie ou de dédicaces à Québec. « C’est une ville magnifique. Je suis content de rencontrer le public et d’avoir le temps, en plus, parce que je suis là jusqu’à dimanche. Je vais en profiter pour me promener un peu ».

Ses lecteurs québécois, observe-t-il, sont très actifs sur les réseaux sociaux et il arrive à les repérer. « Il y a des commentaires qui s’identifient au Québec, soit dans la langue, soit qu’ils mentionnent qu’ils sont du Québec. Le fait de pouvoir construire un lien avec le lectorat du Québec, ça me touche ! »

Sa visite à Québec lui donne l’occasion de prendre une pause bien méritée, après l’écriture du dernier roman et le tournage de la série. « Ces deux dernières années, je me suis levé tous les matins à 4 h du matin pour écrire. Il n’y a rien qui m’oblige, mais c’est tellement de boulot qu’il faut que j’avance. »

Il aimerait bien, un jour, passer un moment dans un chalet, au bord d’un lac, pour écrire. Qui sait si le Québec ne se retrouvera pas dans un prochain roman ?


► Joël Dicker sera en signature de 18 h à 20 h vendredi ; de 10 h à 11 h et de 14 h à 15 h samedi ; de 10 h à 11 h dimanche au stand Hachette (stand 141).

 

Trois auteurs à rencontrer

Janette Bertrand

Joël Dicker heureux de rencontrer ses lecteurs
Photo d'archives, Stefane Cote

Toujours curieuse des tendances de la société, Janette Bertrand, à 92 ans, a fait tout un travail de documentation pour écrire son roman Avec un grand A, publié l’automne dernier aux éditions Libre Expression. À travers des personnages bien québécois et une histoire étonnante, elle examine un sujet encore tabou, celui de la bisexualité et de l’identité « queer ». Toujours vive et souriante,

  • Janette Bertrand rencontrera ses lecteurs vendredi soir de 19 h à 20 h 30, samedi de 12 h à 13 h 30 et de 16 h à 17 h et dimanche de 13 h 30 à 15 h au stand 207.

Pierre Marcotte

Joël Dicker heureux de rencontrer ses lecteurs
Photo d'archives, Jean-Francois Desgagnés

Animateur indissociable du paysage télévisuel québécois, Pierre Marcotte a raconté sa vie, autant professionnelle que personnelle, à Robert Maltais dans Pierre Marcotte en direct. Cette biographie basée sur de longs entretiens qu’ils ont eus évoque ses débuts à la radio et à la télévision de Télé-Métropole, les années de succès de l’émission Les Tannants et les hauts et les bas de sa carrière d’homme d’affaires.

  • Pierre Marcotte rencontrera les visiteurs de 15 h 30 à 17 h et de 18 h à 19 h 30 au stand 207 (Éditions de l’Homme).

Gilles Moffet

Journaliste au Journal de Québec pendant 30 ans, Gilles Moffet raconte de savoureuses anecdotes au sujet du gardien de but Jacques Plante dans un chapitre du recueil Les 100 meilleurs joueurs des Canadiens, publié aux Éditions du Journal. « Jacques Plante a marqué une génération de gardiens de but. Il a été le premier à porter le masque. Il a innové dans la façon de jouer. J’ai le mot « génie » qui me vient à l’esprit quand je pense à lui ».

  • Il sera en signature de 19 h à 20 h 30 et samedi de 13 h à 14 h 30 (stand 207).

 

Québec-France Marie-Claire-Blais: Guy Boley est le lauréat du prix littéraire

L’écrivain français Guy Boley a reçu jeudi le prix littéraire Québec-France Marie-Claire-Blais 2018 pour son premier roman, Fils du feu, publié aux Éditions Grasset et dans la Collection Folio de Gallimard. Son roman lui a valu huit autres prix prestigieux en France.

Guy Boley a écrit pour le théâtre, le cinéma documentaire et la danse. Il a reçu une bourse de 2000$ et un certificat d’honneur signé par Marie-Claire Blais et sera en tournée promotionnelle du 11 au 17 avril au Québec.

Son prochain roman doit paraître à la rentrée littéraire de l’automne 2018.