/sacchips/inmybag
Navigation

Vendredi 13

Vendredi 13
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Comme vous l’avez probablement remarqué, aujourd’hui c’est un vendredi 13, et ça, ça énerve bien du monde. Avec raison, parce que le monde est cave! Personnellement, je ne suis pas superstitieuse pour deux cennes. Pourtant, juste pour être sure, ce matin j’ai touché du bois, je me suis fait un shake aux trèfles à quatre feuilles et je me suis mis une patte de lapin dans les bobettes. Je sais que ça ne va pas là pantoute, mais c’était juste pour la cacher.

En même temps, c’est difficile de ne pas être superstitieux parce qu’il y a tellement d’affaires ridicules en lesquelles on peut croire; les capteurs de rêves, les vœux de 11 :11, Mathieu Baron comme comédien.

Qu’on y croie ou pas, on ne peut pas vraiment juger les superstitions parce que ça part tout le temps de quelque chose qui avait bien du sens au début, mais qui s’est juste stupidifié avec le temps. Un peu comme la bible. «À la base» s’il ne faut pas ouvrir un parapluie à l’intérieur, ce n’est pas parce que «ça porte malchance», c’est parce que t’as l’air cave en essayant de passer le cadre de porte!

L’affaire, c’est que souvent, les superstitions ne sont que des prétextes à défaites. D’une façon ou d’une autre, on aime tous blâmer des affaires niaiseuses pour justifier nos comportements niaiseux. Mais coco, si les fesses te piquent, ce n’est pas à cause de la pleine lune. C’est parce que dans la vie, des bobettes, t’achètes pas ça au Village des valeurs!

La raison pour laquelle on est attachés aux défaites est assez simple : L’humain a peur de l’inconfort. Alors on est prêt à croire littéralement n’importe quelle connerie si ça peut nous faire du bien. C’est normal, faut pas se sentir mal pour ça! Moi par exemple, je me suis toujours fait dire que si je n’avais pas confiance en moi, c’était à cause de la position des astres à ma naissance. Je l’ai cru. (Merci maman. T’aurais aussi juste pu me le dire que j’étais un accident!)

Cela étant dit, on ne se crée pas juste des défaites pour se rassurer. Souvent, c’est aussi une excellente façon de se dédouaner, parce que ce qui nous fait encore plus peur que les chats noirs ou les miroirs cassés, c’est l’échec. Sauf que quand l’échec n’est pas de notre faute, c’est toujours bien moins pire. C’est certain que ta rupture amoureuse se digère mieux quand tu peux te dire que ça ne va juste pas ensemble, un sagittaire pis une vierge! Mais la vérité, c’est que sagittaire ou pas, personne ne veut dater un gars qui pisse dans le lavabo!

Tout ce que je dis, c’est qu’on a beau croire en 28 000 affaires, toujours est-il qu’un moment donné, faut savoir se créer sa propre chance. On a toujours le choix. Personne n’est tenu de simplement subir sa vie. Et généralement, ceux qui s’en sortent le mieux, c’est rarement ceux qui attendent que Ouija leur donne une solution. Je sais que ça sonne stressant, mais t’es en contrôle de ta destinée. Dis-toi que si Michelle Allen a réussi à faire passer la sienne à TVA, tu peux t’en sortir pas trop mal!

Alors si t’es malchanceux, ce n’est pas parce que t’as passé en dessous d’une échelle. C’est parce que tu n’as pas grimpé dedans. Quand tu stagnes, c’est ni parce que t’es trop vieux pour ci ou trop pauvre pour ça. C’est parce que les défaites, ça ne conduit jamais au succès.

C’est tout! (Si jamais vous avez trouvé que a chronique était poche, c’est pas parce que je suis pas bonne, c’est parce qu’on est vendredi 13!)