/entertainment/stage
Navigation

Hommage aux choses extraordinaires de la vie

L’acteur Jonathan Gagnon excelle dans Extras et Ordinaires

Extras et Ordinaires
Photo courtoisie Cath Langlois Jonathan Gagnon offre une performance magistrale dans la pièce Extras et Ordinaires, qui parle des choses qui donnent envie de vivre.

Coup d'oeil sur cet article

Objet théâtral présenté dans une forme toute particulière, Extras et ordinaires est un bien beau spectacle sur la vie, amusant, divertissant et doublé d’une performance magistrale du comédien Jonathan Gagnon.

À l’affiche jusqu’à samedi à Premier Acte, Extras et Ordinaires est la version québécoise de la pièce Every Brilliant Thing du dramaturge anglais Duncan Macmillan.

La pièce est un spectacle solo où un homme, joué par Jonathan Gagnon, raconte comment il a grandi aux côtés d’une mère dépressive.

Dès l’âge de sept ans, il a rédigé une liste de choses qui donnent envie de vivre. Une liste de tout ce qui est extraordinaire dans le monde et qui vaut la peine d’être vécu.

Presque seul sur les planches, accompagné par Gabrielle Arsenault, à la régie, et entouré d’un système de son, d’une table tournante et d’une collection de vinyles, le comédien sollicite, habilement et de façon fort sympathique, tout au long de la pièce, l’aide du public. Des gens qui joueront de petits rôles et qui bonifient l’ensemble.

Le personnage interprété par Jonathan Gagnon avait sept ans lorsque sa mère a tenté de mettre fin à ses jours. Un événement qui a amené le jeune garçon à élaborer le projet de bâtir une liste de 1000 choses extraordinaires. Une liste pour remonter le moral de sa mère.

Interactions amusantes

La crème glacée, les films de kung-fu, la couleur jaune, les montagnes russes, les gens qui tombent, le chocolat, gagner quelque chose, la voix de Nina Simone, l’odeur du bacon et se baigner tout nu font partie des différentes choses qui s’ajouteront tout au long de la représentation.

Entouré de spectateurs, dans une sorte d’arène, le comédien offre une superbe interprétation. Jonathan Gagnon est tout simplement époustouflant.

Il chante, joue quelques mélodies sur un clavier, se déplace de gauche à droite, s’installe à travers le public et se lance dans une essoufflante tournée de high five.

Il réussit, avec doigté et beaucoup d’humour, à amener les « spectateurs-comédiens » dans son univers. Il traverse le quatrième mur tout au long de la pièce et il installe une interaction fort amusante avec les spectateurs qui devient un élément important d’Extras et Ordinaires.

Fort divertissant

Le comédien joue avec tellement de naturel que l’on vient à penser qu’il est derrière ce texte et qu’il a vécu cette histoire qui le suivra jusqu’à l’âge adulte. Il s’approprie des mots de Duncan Macmillan, traduits par Joëlle Bond, comme s’ils étaient les siens.

Extras et Ordinaires se déploie avec finesse, humour, intelligence et subtilité. La pièce, mise en scène par Maryse Lapierre, est fort divertissante, et c’est un plaisir d’entrer dans cet univers.

L’intimité de la salle de Premier Acte contribue à créer un effet de proximité entre Jonathan Gagnon et les spectateurs. On a l’impression d’être dans le salon d’un ami.

On quitte cet univers, après 1 h 15, avec le sourire au visage, un air de légèreté et une envie de croquer dans cette multitude de petits plaisirs.

Extras et Ordinaires et un bel objet théâtral. Une réussite et un show immensément sympathique, où le comédien Jonathan Gagnon brille sur les planches. Une pièce à voir, qui fait du bien et qui goûte bon.