/finance/business
Navigation

Ivanhoé Cambridge reluque Amazon et Alibaba

Le bras immobilier de la Caisse de dépôt voit du potentiel dans le secteur industriel

À Seattle, Amazon a inauguré son tout nouveau siège social formé de trois bulles le 30 janvier dernier. L’entreprise de Jeff Bezos doit dévoiler cette année la ville où sera situé son deuxième siège social. Au Canada, seule Toronto demeure en lice.
Photo Reuters À Seattle, Amazon a inauguré son tout nouveau siège social formé de trois bulles le 30 janvier dernier. L’entreprise de Jeff Bezos doit dévoiler cette année la ville où sera situé son deuxième siège social. Au Canada, seule Toronto demeure en lice.

Coup d'oeil sur cet article

Le virage industriel d’Ivanhoé Cambridge se confirme. Le bras immobilier de la Caisse de dépôt a vu ses investissements dans cette catégorie exploser depuis deux ans, et la tendance pourrait se poursuivre grâce à Amazon et Alibaba, a appris Le Journal.

Tandis qu’à la fin de 2016, Ivanhoé Cambridge détenait des actifs évalués à 500 millions de dollars dans les secteurs industriel et de la logistique, ceux-ci représentaient une part de 2 milliards $ l’année dernière (sur un total de 60 milliards d’actifs), et devraient avoir dépassé les 4 milliards $, à l’échelle mondiale, d’ici la fin de l’année.

Ivanhoé Cambridge a par exemple acheté, en juillet, Evergreen, un spécialiste de l’immobilier industriel léger aux États-Unis. L’entreprise exploite un portefeuille de 150 immeubles, totalisant 1,4 million m2 (16 millions pi2) dans 18 marchés, dont Seattle, Denver, Atlanta, Chicago et Dallas.

Potentiel de croissance

La demande pour cette classe d’actif est importante et celle-ci représente un potentiel de croissance intéressant pour l’investisseur institutionnel, explique-t-on.

Ceux-ci sont complémentaires aux centres commerciaux détenus par Ivanhoé-Cambridge, d’autant plus que les habitudes des consommateurs évoluent de plus en plus vers le commerce électronique.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’Amazon et le géant chinois du commerce électronique destiné aux entreprises Alibaba sont dans la ligne de mire de l’investisseur.

Occasion à ne pas manquer

Amazon doit dévoiler cette année la ville où sera situé son nouveau siège social, un projet de 5 milliards $ US devant créer 50 000 emplois.

« Notre personnel chargé de la location et du développement dit qu’on est prêts à passer à l’action », a assuré récemment la présidente d’Ivanhoé Cambridge Nathalie Palladitcheff à l’agence Bloomberg.

« On est très connectés dans l’industrie de la haute technologie, plusieurs entreprises sont déjà nos locataires. »

Un porte-parole d’Ivanhoé Cambridge n’a pas voulu préciser si l’agence tablait sur un plan précis pour ce nouveau siège social.

Toujours est-il que le commerce en ligne, qui met de plus en plus l’accent vers la livraison rapide au consommateur, est une industrie qui nécessite des espaces et des systèmes de logistique énormes.

Les taux d’inoccupation avoisineraient actuellement les 3,9 % dans ce secteur au Canada, un creux historique depuis le début du siècle.

D’autres opportunités

Ce n’est toutefois pas le seul secteur où Ivanhoé-Cambridge s’attend à prendre de l’expansion au cours des prochaines années.

L’investisseur souhaite faire passer ses actifs sous gestion de 60 milliards à 80 milliards d’ici cinq ans grâce à des investissements dans l’immobilier résidentiel – principalement les grands édifices à appartements –, et dans les bureaux, en plus de l’industriel.

Dans plusieurs villes où l’immobilier résidentiel est devenu hors de portée pour la plupart des résidents, comme Vancouver ou Toronto par exemple, le marché de l’appartement locatif reprend ces dernières années du poil de la bête.

Alors que de moins en moins de grands édifices locatifs voient le jour au Québec, la situation inverse se produit dans plusieurs villes .

Les marchés du Royaume-Uni et des États-Unis sont notamment dans sa ligne de mire, selon Mme Palladitcheff.