/news/currentevents
Navigation

Bissonnette n'a pas fait feu à Laurier Québec en raison de la présence de femmes et d'enfants

Alexandre Bissonnette
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Alexandre Bissonnette

Coup d'oeil sur cet article

Si Alexandre Bissonnette n’a pas mis son plan de tuerie à exécution le 26 novembre 2016 lorsqu’il s’est présenté au café Starbucks de Laurier Québec c’est parce qu’il y avait «des femmes et des enfants».

La vue de ces êtres innocents «l’aurait fait reculer, puis abandonner le projet», a fait savoir, mardi, la Dre Marie-Frédérique Allard, psychiatre légiste qui a expertisé l’accusé au cours des derniers mois.

Ce jour-là, l’accusé a bu une demi-bouteille de vin chez ses parents, puis il a quitté en direction du centre commercial. Après s’être stationné, Bissonnette, anxieux, a chargé ses armes.

«Il dit toutefois qu’il sentait qu’il était incapable de le faire. Il a donc repris de l’alcool, puis il est entré dans le café avec son ordinateur et ses armes dans son sac. Il voulait écrire un message d’adieu sur Facebook, ce qu’il a fait sans toutefois le publier», a expliqué la psychiatre.

«Si je l’avais envoyé, je n’aurais pas eu le choix de le faire (la tuerie), mais c’est comme si je n’en revenais pas que j’allais faire ça. J’ai comme réalisé à la dernière seconde que j’allais faire ça pis que c’était toute du monde normal», a confié Bissonnette à la Dre Allard.

L’accusé a également mentionné à la psychiatre «que le soir du 29 janvier, il aurait dû juste se suicider».

Toutefois, en se rendant à la mosquée, il se répétait sans cesse «qu’il ne rentrerait plus jamais à la maison».

Toujours incertain de poser son geste kamikaze, Bissonnette s’est questionné dans la voiture, puis il a eu «l’impression que quelqu’un l’avait vu et qu’il serait dénoncé».

Il s’est alors dit «qu’il ne repasserait pas par un autre mois comme le mois de décembre». «Je me suis dit : Go! Pis là, je l’ai fait».

Pour Bissonnette, ce fut le point de non-retour «puisqu’il n’avait plus rien à perdre», selon la psychiatre. 

En ce qui concerne «les motivations» du tueur, les deux psychiatres appelés en défense s’entendent sur un point : ce ne serait pas par «racisme ou xénophobie».

Pour le psychiatre légiste Sylvain Faucher, le massacre commis dans la communauté musulmane serait plutôt survenu en raison de «la couleur du temps».

«À une autre époque, cela aurait pu être les Juifs. Par ce qui est colporté sur les musulmans, l’accusé obtenait une justification pour atteindre l’objectif de sa quête, ce que ne fournissaient pas suffisamment les collègues à l’Université ou les inconnus d’un centre commercial», a-t-il fait savoir. 

«Selon sa perception, il agit sur des individus dont certains auraient des torts suffisants pour qu’on excuse qu’ils soient assaillis. De plus, leurs fautes seraient suffisamment grandes pour compenser les dommages collatéraux», a-t-il ajouté.

Extraits du témoignage du psychiatre Sylvain Faucher

À la suite de son incarcération, Bissonnette «s’est magasiné» une défense de non-responsabilité criminelle auprès de psychiatres. Il cherchait également une façon acceptable de «vendre» son geste à ses parents.

Bissonnette possède une personnalité fragile qu’il associe au «syndrome du bon gars». De façon générale, ces gens-là travaillent très fort pour qu’on voie leur côté positif et lorsque ça ne fonctionne pas, la rage et la colère arrivent.

Le délit de Bissonnette s’inscrit aussi dans le concept «homicide-suicide». La tension interne s’atténuant après le passage à l’acte, la raison de se suicider en est souvent altérée.

Extraits du témoignage de la psychiatre Marie-Frédérique Allard

À l’adolescence, Bissonnette a été très impliqué au niveau des jeux vidéo au point où la réalité virtuelle était plus intéressante pour lui.

Entre 2014 et 2017, il a des intérêts variés, mais la trame de fond demeure les tueries de masse et son identification au tueur.

Dès le jeune âge, Alexandre Bissonnette a eu de la difficulté à vivre l’adaptation scolaire. Il avait du mal à socialiser et vivait beaucoup d’anxiété de séparation avec ses parents.