/news/politics
Navigation

[VIDÉO] La plus jeune députée et le premier ministre croisent le fer

Periode des questions
Photo Simon Clark La plus jeune députée de l'Assemblée nationale, la péquiste Catherine Fournier

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre et la plus jeune députée de l’Assemblée nationale ont croisé le fer mardi lors de l’étude des crédits Jeunesse du Conseil exécutif.

Visiblement piqué au vif, Philippe Couillard s’est dit «excessivement déçu» par les questions de la députée péquiste Catherine Fournier.

Celle-ci soulignait que 6 des 11 jeunes administrateurs nommés aux conseils d’administration des sociétés d’État sont liés au Parti libéral du Québec. Depuis 2016, les 23 sociétés d’État du Québec doivent réserver au moins un siège à un membre de moins de 35 ans, mais tous les postes n’ont pas été comblés.

Ces données ont fait dire à Catherine Fournier que la nouvelle loi semble «avoir été utilisée pour donner des privilèges aux gens qui contribuent au Parti libéral, qui s’impliquent au sein du Parti libéral».

«Alors, de voir que le gouvernement instrumentalise les jeunes en ce moment pour faire perdurer une espèce de système de copinage où les libéraux nominent des libéraux et que ça se perpétue comme ça dans le temps, j'aimerais entendre le premier ministre à ce sujet-là», a lancé la députée de Marie-Victorin.

Boisclair et Aussant

«Je vais commencer par dire que je suis excessivement déçu d'entendre la plus jeune députée de l'Assemblée se comporter de cette façon. Je pensais entendre de sa part la politique faite autrement», a répliqué le premier ministre.

Sans nier les informations avancées par Catherine Fournier, Philippe Couillard a défendu la compétence des administrateurs nommés, en plus de se dire ouvert à nommer des candidats d’autres allégeances.

«Je serais très heureux, moi, qu'elle m'indique des jeunes péquistes. On va se faire un plaisir de les nommer», a dit Philippe Couillard.

Le premier ministre a ensuite rappelé que son gouvernement a notamment confié un poste à l’ancien chef péquiste, André Boisclair, en plus de financer le Chantier de l’Économie sociale, qui était dirigé jusqu’à récemment par l’ancien député péquiste Jean-Martin Aussant.

«Alors, je vais lui apprendre également qu'aux époques où son parti était au pouvoir, ce fut à chaque fois une hécatombe politique dans les nominations, des congédiements assez disgracieux, a ajouté Philippe Couillard. On a fait le ménage, on a fait une purge et on s'est retrouvés, bien sûr, avec la famille politique qu'elle connaît bien.»