/sports/golf
Navigation

La vente du Golf Stastny contestée

Le Groupe Beaudet dit avoir en main un bail de gestion

Marian Stastny
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés Marian Stastny

Coup d'oeil sur cet article

Le Groupe Beaudet entend contester devant les tribunaux la vente du Golf Stastny à l’homme d’affaires Daniel Proulx.

Le Groupe Beaudet, de Boisbriand, qui gère 5 terrains de golf au Québec, soutient détenir une entente de bail signée le 7 mars 2018 avec Marian Stastny et son épouse pour gérer le Golf Stastny avec option d’achat.

« On va faire valoir nos droits, c’est certain », a indiqué mardi au Journal le président du Groupe Beaudet, Sylvain Beaudet.

Selon ce dernier, le Groupe Beaudet avait même annoncé par voie de communiqué, lors du Salon de golf de Québec, l’entente de gestion avec Marian Stastny. Le nom du Golf Stastny devenait le Golf des deux ponts/Auberge Marian.

Comme l’a écrit Le Journal mardi, c’est plutôt l’homme d’affaires et promoteur immobilier Daniel Proulx, de Blainville, qui a mis la main sur le Golf Stastny pour 5,75 millions $.

D’après les termes de l’acte notarié, M. Proulx se donne jusqu’au 1er décembre 2020 pour acquérir 100 % des actifs du Golf Stastny.

Daniel Proulx détient avec d’autres partenaires le golf Les Quatre Domaines, à Mirabel. L’homme d’affaires possède également de nombreux terrains au Québec pour faire du développement immobilier.

Gestion de cinq ans

D’après M. Beaudet, l’entente signée avec le Groupe Beaudet confie plutôt la gestion du Golf Stastny et de l’hôtel pour une durée minimale de 5 ans, avec une option pour 10 autres années. L’entente prévoit également une option pour l’achat du Golf Stastny et de l’hôtel pour 5,75 millions $, a-t-il fait valoir.

Le Groupe Beaudet dit avoir envoyé une mise en demeure à Marian Stastny et à son épouse, Eva Malinovska, au cours des derniers jours.

M. Beaudet dit avoir également reçu la visite de Daniel Proulx, lundi, pour lui annoncer la nouvelle qu’il devenait l’acquéreur du Golf Stastny.

« On a investi beaucoup d’argent depuis la signature de cette entente. On a vendu des droits de jeu et on a engagé des employés », a expliqué M. Beaudet.

Mardi, ni Marian Stastny ni son épouse n’ont pu être joints pour commenter le dossier.