/entertainment
Navigation

Le vélo: de plus en plus populaire...et c’est tant mieux!

Three men on bikes
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Bien que de nombreux amateurs de « la petite reine » l’utilisent à l’année, l’arrivée des températures plus chaudes incite des milliers de personnes à se procurer ou à retrouver leur vélo.

À titre d’exemple, comme le rapporte Vélo-Québec : « il y a plus de Québécois qui pédalent en 2015 qu’il y a vingt ans. En ville, en campagne ou dans les sentiers, on compte aujourd’hui 4,2 millions de cyclistes au Québec (3,2 millions d’adultes et 1 million d’enfants), soit 600 000 de plus qu’en 1995 ». (1) Et deux cyclistes sur trois en font toutes les semaines.

Évidemment, les retombées touristiques et économiques sont importantes. Mais il n’y a pas que cela. Pensons à la santé et à l’environnement.

On sait que les amateurs de vélo au Québec pédalent en moyenne 3,3 heures par semaine, ce qui représente 10 millions d’heures d’activité physique hebdomadaire. Vous devinez que toutes ces heures à bouger régulièrement ont un impact sur la santé (cardiovasculaire, musculaire et psychologique) et la qualité de vie de ceux qui pédalent. On parle ici de 390 décès de moins par année ! (1)

En plus, toujours selon Vélo Québec, « les 43 kilomètres hebdomadaires roulés par les cyclistes québécois de mai à septembre généreraient, s’ils étaient faits en voiture, 900 000 tonnes de gaz à effet de serre dans l’environnement. » (1). Oui, vous avez bien lu.

Mais avant de commencer une saison de vélo, il est important de bien se préparer.

Comme pour toute autre activité physique, la prudence est de mise.

■ En premier lieu, débutez lentement, surtout si vous avez été plutôt sédentaire durant la période hivernale. Le vélo n’est pas un sport doux pour les articulations. C’est pourquoi un effort physique progressif est préconisé pour permettre à votre corps de s’adapter et d’éviter les blessures.

■ Deuxièmement, l’ajustement du vélo et le positionnement du corps demeurent des facteurs déterminants de prévention. En effet, un vélo mal ajusté (selle trop haute, guidon trop bas...) peut entraîner un mauvais positionnement du corps, qui à son tour peut occasionner des blessures.

■ Troisièmement, n’oubliez pas votre casque. Un casque de vélo correctement ajusté évite à la tête d’absorber la force de l’impact d’un accident, ce qui peut diminuer de 85 % le risque de traumatisme crânien grave.

Je ne peux m’empêcher de vous rappeler que la sécurité à vélo commence par le respect du Code de la route et l’adoption de comportements préventifs : ouvrir l’œil et s’assurer d’être vu. (2)

Bonne saison de vélo !


1. « L’état du vélo au Québec. Statistiques 2015 ». www.velo.qc.ca

2. www.saaq.gouv.qc.ca

Nouvelle médicale

L’impact positif des animaux de compagnie sur la santé

Pour ceux qui aiment avoir un animal de compagnie, particulièrement chien et chat, vous serez contents d’apprendre ce qui suit.

Comme le rapporte Dr Martin Juneau (1) : « De nombreuses études ont rapporté que posséder un animal de compagnie était associé à des effets positifs sur la santé cardiovasculaire. On parle ici de diminution de la tension artérielle, amélioration du taux de cholestérol et possiblement un risque moindre de mortalité cardiovasculaire. Un des mécanismes rapportés serait une diminution de certains stresseurs : isolement social, dépression, anxiété... »

À la condition que vous aimiez les animaux et que vous ayez du temps pour vous en occuper.


(1) https://observatoireprevention.org. (L’impact-positif-animaux-de-compagnie-sante-cardiovasculaire)