/news/transports
Navigation

Le 3e lien serait bon pour l’environnement, croit Legault

«On a besoin» de cette infrastructure, dit le chef caquiste

Le chef de la CAQ, François Legault, a vanté les vertus du troisième lien, jeudi, lors d’une allocution prononcée devant les gens d’affaires de Lévis au Centre des congrès. 
Photo Stevens LeBlanc Le chef de la CAQ, François Legault, a vanté les vertus du troisième lien, jeudi, lors d’une allocution prononcée devant les gens d’affaires de Lévis au Centre des congrès. 

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, soutient que la construction d’un troisième lien routier Québec-Lévis serait bénéfique pour l’environnement.

Il s’agit d’un argument additionnel pour appuyer ce projet, a-t-il exposé devant un public conquis d’avance à Lévis sur l’heure du dîner. Invité par la Chambre de commerce lévisienne — qui milite pour un troisième lien depuis plusieurs années —, François Legault a laissé entendre que la nouvelle infrastructure contribuerait à la réduction des gaz à effet de serre.

« Délais raisonnables »

« C’est un projet économique où on respecterait davantage l’environnement si on l’avait. Quand un entrepreneur de Beauport veut rencontrer un acheteur à Lévis, il fait le grand tour du fer à cheval, il brûle de l’essence et il pollue. Quand les camions de marchandises entre Québec et Lévis font le grand tour, ils polluent », a-t-il dit.

En mêlée de presse par la suite, il a réaffirmé avec conviction sa théorie. « On n’a pas besoin de faire beaucoup d’études... Allez vous placer sur les ponts ou à l’entrée des ponts le matin et en fin d’après-midi. On a besoin d’un troisième lien », a exprimé celui qui espère faire des gains sur la rive sud de Québec et devenir premier ministre à l’automne.

« Les gens qui ont une voiture ont le droit aussi de circuler dans des délais raisonnables », a insisté le chef de la CAQ. Rappelant qu’il appuie aussi le projet de transport collectif à Québec, il a affirmé qu’il n’hésiterait pas jouer un rôle d’« arbitre » pour « imposer » une solution d’interconnexion avec Lévis si les deux maires ne s’entendent pas.

M. Legault a été chaudement applaudi lorsqu’il a réitéré sa promesse d’amorcer la construction du troisième lien « dans un prochain mandat », de la musique aux oreilles du maire de Lévis Gilles Lehouillier, satisfait de l’engagement ferme.

« Pour nous, c’est fantastique », a-t-il réagi, évoquant un programme « conforme aux orientations » de sa Ville ». Ce dernier croit aussi qu’un troisième lien aurait un « impact intéressant » sur l’environnement « surtout si c’est harmonisé avec le transport collectif ».

Les groupes écolos sidérés

Les groupes environnementaux, qui remettent en question l’utilité d’un troisième lien et anticipent un accroissement de la congestion routière à moyen ou long terme, sont tombés en bas de leur chaise, invitant M. Legault à « se fier à la science en transports ».

« Ce n’est certainement pas en ajoutant des infrastructures routières qui vont favoriser l’augmentation de notre dépendance à l’auto qu’on va sortir du cycle de l’augmentation des gaz à effet de serre liés à l’auto », a réagi le directeur du Conseil régional de l’environnement, Alexandre Turgeon.

Convaincu qu’un troisième lien accentuerait l’étalement urbain, le porte-parole d’Accès Transports Viables Étienne Grandmont contredit aussi M. Legault. « À court terme, il y aura moins de gens coincés dans le trafic, mais à moyen terme, on se retrouve avec plus de circulation, et les gens vont aller s’installer de plus en plus loin. Si on ajoute de la capacité routière, on ajoute toujours plus de congestion. »