/news/provincial
Navigation

Un été infernal dans le Vieux-Québec

Les touristes et les résidents devront composer avec des inconvénients comme le bruit et des trottoirs obstrués

La toile blanche, qui enveloppe la façade du Théâtre Capitole, sera enlevée à la mi-juin, a indiqué Jean Pilote, président-directeur général.
Photo Annie T. Roussel La toile blanche, qui enveloppe la façade du Théâtre Capitole, sera enlevée à la mi-juin, a indiqué Jean Pilote, président-directeur général.

Coup d'oeil sur cet article

Les touristes qui visitent le Vieux-Québec cet été devront composer avec plusieurs irritants étant donné le nombre élevé de chantiers de construction dans le secteur non résidentiel.

Poussière, bruit, trottoirs obstrués par des équipements lourds ne sont là que quelques inconvénients qui attendent les touristes et les résidents du Vieux-Québec.

Pour un troisième été consécutif, l’hôtel du Parlement est en chantier.
Photo Annie T. Roussel
Pour un troisième été consécutif, l’hôtel du Parlement est en chantier.

Au total, c’est près d’un quart de milliard de dollars (234 M$) qui est investi dans des chantiers actuellement en cours dans l’arrondissement historique, incluant l’hôtel du Parlement.

À cela s’ajoutent les nombreuses entraves sur les voies publiques comme le trottoir de la rue Saint-Jean, du côté du parc de l’Artillerie, qui sera en réparation pendant deux mois.

Cette concentration de travaux est perçue comme «un mal nécessaire» par plusieurs.

Fuyant la métropole où le festival du cône orange bat son plein, Hélène Dion, venue spécialement à Québec pour assister à un concert de l’OSQ, est tombée sous le choc.

«On a fait un saut. C’est comme si on était à Montréal! On est un peu déçu, oui, mais Québec reste Québec quand même», a-t-elle commenté.

«À la base, c’est difficile de circuler sur la rue Saint-Jean. Avec les travaux, les automobilistes deviennent très impatients», déplore de son côté Philippe Rivard, étudiant au Conservatoire d’art dramatique de Québec.

Des portes fermées

Les fortifications à l’entrée de la porte Saint-Louis sont méconnaissables.
Photo Annie T. Roussel
Les fortifications à l’entrée de la porte Saint-Louis sont méconnaissables.

D’habitude, Isabelle Cantin, gérante d’un magasin de la rue Saint-Jean, laisse la porte ouverte, mais les travaux, qui s’amorcent, l’obligent à se cloîtrer davantage.

«Sur l’achalandage en boutique, ça paraît. On voit une différence», a-t-elle témoigné.

«Le problème, affirme Jean Rousseau, conseiller de Démocratie Québec dans le district Cap-aux-Diamants, c’est qu’on a trop attendu pour rénover.»

Des motifs de sécurité

Au-delà du fait que tous les projets se réalisent en même temps, M. Rousseau déplore le manque d’attention accordée aux piétons.

La façade de la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec demandait une intervention urgente puisque certaines pierres tenaient dans le vide.
Photo Annie T. Roussel
La façade de la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec demandait une intervention urgente puisque certaines pierres tenaient dans le vide.

Le conseiller municipal soutient avoir lui-même porté plainte à la Ville à deux reprises, notamment pour dénoncer une situation périlleuse en face de la basilique-cathédrale Notre-Dame-de-Québec.

«Cela est intolérable. Les gens sont obligés de marcher dans la rue à travers les autocars. Il y a un enjeu de sécurité qui mérite qu’on s’y attarde.»

Le gérant d’affaires de la paroisse, Gilles Gignac, rétorque que les interventions sur la façade de la basilique étaient plus que nécessaires.

«Ce sont des travaux urgents. Il n’y avait plus de maçonnerie qui tenait les pierres que l’on répare. C’était dangereux. Ça aurait pu tomber», a-t-il avoué.

Selon lui, le chantier est conforme aux normes et les travaux seront terminés autour du 25 mai.

Loin de dire que la saison touristique est compromise par ces nombreux travaux, le conseiller Jean Rousseau reconnaît néanmoins que les touristes seront davantage exposés à des «nuisances» cet été.

Du retard à cause du G7

Le Sommet du G7 à La Malbaie pourrait retarder certains échéanciers, prévient le conseiller. M. Rousseau affirme que des chantiers devront être interrompus temporairement.

«Le matériel de construction et les échafauds devront être enlevés dans certains cas. Il y a des consignes très strictes qui circulent en ce moment sur la préparation des chantiers dans une vision de sécurité maximale.»

La Ville de Québec promet de faire le point prochainement sur les actions qu’elle entend mettre en place en prévision de cet événement.


Sur une période de cinq ans, Parcs Canada prévoit restaurer près de 20 % des 4,6 kilomètres des fortifications de Québec.

 

Des prévisions optimistes pour la saison touristique

L’Association des guides touristiques, qui représente 300 membres, est prête à composer avec un été «chaud» en termes de travaux.

«On organise nos tours à pied en conséquence. Il faut tenir compte des travaux et des événements. Parfois, c’est la température qui nous oblige à modifier nos parcours. Ça fait partie de nos vies», a commenté Louise Labelle, présidente.

Au Collège François de Laval, où l’on réalise d’importants travaux de maçonnerie, on est bien conscient du dérangement.

«On essaie de minimiser la poussière et le bruit le plus possible par différents moyens et en adaptant les horaires de travail», concède Marc Dallaire, directeur général de l’établissement.

Un record l’an dernier

Selon le président de l’Office de tourisme de Québec, André Roy, l’année 2018 ne sera pas en reste, après une saison exceptionnelle, l’an dernier, qui a permis de fracasser tous les records, incluant ceux de 2008.

Selon les estimations, près de 4,5 millions de personnes ont visité Québec en 2017.

Retombées importantes

M. Roy s’attend à des retombées économiques importantes avec la tenue du G7 dans Charlevoix.

«La ville va être remplie. C’est un événement que l’on n’avait pas l’année dernière et qui va nous aider cette année. Si nous n’enregistrons pas une forte croissance, je pense que l’on peut imaginer faire aussi bien que l’année dernière», a souligné M. Roy.

«Ce que l’on sait, c’est qu’il y a beaucoup de chambres réservées. Il y a aussi beaucoup de choses qui sont secrètes et que l’on apprend au compte-gouttes. C’est assez difficile d’avoir de l’information.»

Pas d’impact négatif

Le président de l’Office n’anticipe pas d’impact négatif quant à la tenue de plusieurs chantiers de construction.

«C’est toujours désagréable, des travaux, mais je ne pense pas que les visiteurs vont nous en tenir rigueur de prendre soin de notre produit», a-t-il conclu. 

 

Aperçu des chantiers en cours

Parcs Canada

52 M$ (dont 17,6 M$ en 2018)

Échéancier : 2015 à 2020

Nature: restauration des fortifications et des différentes composantes


Théâtre Le Diamant

54 M$

Fin : printemps 2019

Nature : construction d’une salle de spectacles pluridisciplinaire de 625 places


Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec

200 000 $

Fin : mai 2018

Nature : travail urgent de maçonnerie


Hôtel du Parlement

60,5 M$

Fin : printemps 2019

Nature : construction d’un pavillon d’accueil


CollègeFrançois-de-Laval (Petit Séminaire de Québec)

7,4 M$

Fin : été 2019

Nature : maçonnerie et intervention sur les 560 fenêtres


Théâtre Le Capitole

45 M$ (dont 17,6 M$ en 2018)

Échéancier : ouverture du restaurant et de la salle de spectacle en juin 2018 et ouverture de l’hôtel en juin 2019

Nature : construction d’un hôtel de neuf étages qui comprendra 108 chambres, en plus de la mise à niveau de la façade extérieure et des éléments patrimoniaux intérieurs


La Citadelle

15 M$

Fin : automne 2020

Nature : travaux de maçonnerie nécessitant le démantèlement pierre par pierre du parlement