/news/currentevents
Navigation

Le pasteur Paul Mukendi saura le 17 mai s'il peut ravoir son passeport

Paul Mukendi
Photo Facebook Paul Mukendi

Coup d'oeil sur cet article

C’est le 17 mai prochain que le juge Steve Magnan fera savoir si oui ou non, le pasteur Paul Mukendi, qui fait face à de multiples accusations à caractère sexuel et de violence auprès de jeunes disciples, pourra ravoir son passeport.

Lors de sa comparution, Mukendi qui est le pasteur principal du Centre évangélique Parole de Vie à Québec, avait accepté de déposer son passeport au greffe de la Cour et il s’était engagé à ne pas quitter le pays.

Jeudi, l’homme, par le biais de son avocate Me Dominique Bertrand, a fait savoir qu’il désirait recommencer à «prêcher à l’international», mais aussi assister à la pose de la pierre sur la tombe de son père au Congo.

Pour sa part, la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Sonia Lapointe, s’oppose à cette demande. Selon elle, rien ne justifie que les conditions de l’accusé soient assouplies et, au surplus, elle a souligné que «certains témoins craignent que monsieur ne revienne pas au pays s’il quitte».

Le juge Magnan a pris le tout en délibéré et il fera connaître sa décision dans un peu moins de deux semaines.