/news/provincial
Navigation

Spielberg, Hanks et DiCaprio tournent à Québec

C’était il y a 16 ans

Catch Me if you Can
Photos d’archives, le Journal

Coup d'oeil sur cet article

La nuit du 4 au 5 mai 2002, la place Royale à Québec devient Montrichard, un petit village du nord de la France, pour les besoins de la mégaproduction américano-canadienne Catch Me If You Can.

Le légendaire Steven Spielberg y tourne l’arrestation de Frank Abagnale Jr, que personnifie une grande célébrité, Leonardo DiCaprio. Et qui l’arrête ? Un policier joué par une plus grande sommité encore, Tom Hanks.

L’action se déroulant le 24 décembre 1967, on retrouve un décor avec de la fausse neige et des décorations de Noël. Des dizaines de jeunes sont utilisés comme figurants pour former une chorale sur les marches de l’église Notre-Dame-des-Victoires.

À remarquer

Fait cocasse, le vrai Frank Abagnale Jr jouait un des policiers venus arrêter celui qui le personnifiait. Les plus perspicaces auront remarqué que les Citroën DS sont aux couleurs de la police nationale française, alors que Montrichard, la vraie, est couverte par la gendarmerie. Aussi, les gyrophares à cette époque étaient orangés, et non bleus.

Selon le site IMDb.com, le film a été tourné du 11 février au 4 mai. C’est donc à Québec qu’il s’est conclu. Des scènes ont aussi été tournées à Stoneham-et-Tewkesbury.

En 2003, Taking Lives, mettant en vedette Angelina Jolie, Ethan Hawke et Kiefer Sutherland utilise le Château Frontenac, le Vieux-Québec et l’île d’Orléans, même si l’action se déroule à Montréal et au Nouveau-Brunswick. La même année, un film indien, Bewafaa, se sert aussi du décor de la vieille ville, qui n’a pas eu droit à des tournages internationaux depuis, à l’exception de la série sud-coréenne Goblin, en 2016.

<i>Taking Lives</i> avec Angelina Jolie
Photo d'archives
Taking Lives avec Angelina Jolie

– Texte et recherche : Martin Lavoie et Stéphane Villeneuve