/news/politics
Navigation

Rapport-choc de la VG: l’éolien a coûté 2,5 G$ en huit ans au Québec

Un montant «récupéré dans les tarifs d’électricité» payés par les Québécois

Éoliennes en Gaspésie
Photo d'archives Le choix des gouvernements du Québec de favoriser les filières éoliennes et de la biomasse, dont le parc éolien de Carleton-sur-Mer que l’on voit ici sur la photo, a coûté 2,5 milliards aux consommateurs d’électricité.

Coup d'oeil sur cet article

L’aventure éolienne et les autres énergies alternatives au Québec ont coûté 2,5 milliards $ aux contribuables en huit ans, révèle la vérificatrice générale dans un rapport-choc.

« L’approvisionnement par de l’électricité postpatrimoniale, qui découle principalement de décrets gouvernementaux [...], a eu un effet à la hausse estimé à 2,5 milliards $ sur les coûts d’approvisionnement d’Hydro-Québec entre 2009 et 2016 », note Guylaine Leclerc dans son rapport printanier. En 2016 seulement, la perte est évaluée à 730 millions $.

Évidemment, ce n’est pas Hydro-Québec qui a assumé ces frais. « Le montant a été récupéré dans les tarifs d’électricité » payés par les Québécois.

Comment expliquer ce trou qui se creuse d’année en année ? De 2003 à 2014, les gouvernements Charest et Marois ont adopté successivement plusieurs décrets visant l’approvisionnement d’Hydro-Québec au moyen de blocs d’énergie comme l’éolien, la biomasse, les minicentrales ou la centrale de TransCanada Énergie.

Contrats prioritaires

Ces contrats sont prioritaires, c’est-à-dire qu’Hydro-Québec doit acheter cette énergie avant d’utiliser celle que produisent les grands barrages de la Baie-James et de la Côte-Nord, beaucoup moins coûteuse.

« Il en résulte que le distributeur s’approvisionne prioritairement à un coût unitaire moyen plus élevé de 8,9 cents par kWh pour l’électricité postpatrimoniale, par rapport à 2,67 cents le kWh pour l’électricité patrimoniale », souligne Mme Leclerc. Une bonne partie de cette énergie provient des parcs éoliens.

La situation ne changera pas dans les prochaines années. Alors qu’Hydro-Québec doit ouvrir les vannes de ses barrages parce que ses réservoirs sont pleins, elle continuera d’acheter de l’énergie coûteuse. La VG note qu’Hydro-Québec prévoit des surplus énergétiques annuels oscillant entre 9,3 et 13,3 TWh au cours des 10 prochaines années.

« Il est prévu que la situation observée pour les années 2015 et 2016, alors que le distributeur ne prenait pas livraison d’une quantité importante du volume d’électricité patrimoniale, se prolongera sur plusieurs années », note-t-elle.

Choix de la population

Le ministre des Ressources Naturelles Pierre Moreau a répliqué que la décision d’acheter de l’énergie éolienne pour développer l’économie de certaines régions était le choix de la population.

« C’est un choix que les Québécois ont fait », a-t-il indiqué à la presse parlementaire. 

Achat d’électricité postpatrimoniale

  • 2009: 1,8 TWh, coût moyen de 8 cents le kWh
  • 2016: 14,7 TWh, coût moyen de 8,96 cents le kWh

Électricité patrimoniale inutilisée

  • 2009: 3,9 TWh, coût moyen de 2,58 cents le kWh
  • 2016: 11,6 TWh, coût moyen de 2,67 cents le kWh

HQ n’a pas le choix d’acheter

«Les contrats d’approvisionnement conclus entre Hydro-Québec et les producteurs privés dans le cadre des appels d’offres visant la production d’énergie éolienne, de biomasse et des minicentrales sont des contrats fermes, aussi appelés take or pay en anglais, ce qui signifie que l’énergie produite doit être payée intégralement, que l’acheteur en prenne livraison ou non», explique la VG.

Des réactions divisées

«Le PQ et le PLQ ont fait de la petite politique pour acheter des votes entra autre en Gaspésie en produisant de l’électricité qui n’a pas servi et qui a coûté 2,5 milliards.»

– François Legault, chef de la CAQ


«Son rapport parle de l’impact sur les tarifs, mais il ne parle pas des retombées économiques et de l’effet structurant de l’industrie éolienne au Québec.»

– Jean-François Samray, PDG de l’Association québécoise de la production d’énergie renouvelable


«C’est un choix judicieux. La plupart de cette énergie est produite en région pour créer des emplois et du développement économique.»

– Pierre Moreau, ministre des Ressources naturelles