/news/politics
Navigation

Alexandre Taillefer au PLQ: «Un très bon coup», se félicite Couillard

Philippe Couillard parle « d’un très bon coup », alors que d’autres soulèvent des questions d’ordre éthique

« Je confirme que je serai le président de la campagne électorale pour le Parti libéral du Québec. Pas une décision facile, mais elle s’impose par l’importance des enjeux. Les positions progressistes de M. Couillard me rejoignent », a annoncé l’homme d’affaires Alexandre Taillefer sur son fil Twitter, jeudi matin.
PHOTO d’ARCHIVES, agence qmi « Je confirme que je serai le président de la campagne électorale pour le Parti libéral du Québec. Pas une décision facile, mais elle s’impose par l’importance des enjeux. Les positions progressistes de M. Couillard me rejoignent », a annoncé l’homme d’affaires Alexandre Taillefer sur son fil Twitter, jeudi matin.

Coup d'oeil sur cet article

Après une série de départs au sein du caucus libéral, Philippe Couillard s’est félicité hier d’avoir « frappé un très bon coup » en faisant de l’homme d’affaires Alexandre Taillefer son président de campagne électorale. « Je comprends que les partis d’opposition vont être secoués un peu », s’est amusé à dire le premier ministre, après que le PQ, la CAQ et Québec solidaire ont soulevé des enjeux d’ordre éthique qui n’ont pas lieu d’être, selon le principal concerné.

Il refuse de se départir de ses médias

Philippe Couillard
PHOTO d’ARCHIVES, agence qmi
Philippe Couillard

 

Contrairement à ce qu’il a déjà exigé de Pierre Karl Péladeau, Philippe Couillard refuse de demander à Alexandre Taillefer de choisir entre la politique et la propriété de son entreprise de presse.

Interrogé à savoir si M. Taillefer devrait se départir des médias dont il est propriétaire, soit le magazine L’actualité et le mensuel culturel Voir : « Non, a tranché le chef libéral. C’est un président de campagne, ce n’est pas un candidat à un poste électif. Dans le passé, les présidents de campagne ne se sont pas départis de leurs intérêts. »

Des questions

« Va-t-il tenter d’utiliser ses médias pour influencer le vote ? La question se pose », a soulevé la députée caquiste et ex-journaliste, Nathalie Roy.

« Comment va-t-il créer un mur entre ses activités médiatiques et ses activités politiques ? C’est un principe fondamental de notre démocratie. Je ne suis pas plus inquiet que je l’étais quand Pierre Karl Péladeau s’est lancé en politique », a déclaré de son côté le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

En marge d’une activité à Montréal, le principal intéressé s’est fait rassurant. « Jamais, premièrement, j’interviens au niveau des salles de presse et deuxièmement, je ne pense pas qu’un mensuel soit en mesure d’avoir une influence sur une campagne qui se déroule sur une base quotidienne », a dit M. Taillefer.

Il a plus tard été révélé que le nouveau président de campagne du PLQ a effectué, au cours des dernières années, plusieurs dons au PQ et à la CAQ, en plus de se retrouver sur leur liste de membres respective. Sa carte du PQ est en vigueur jusqu’en mars 2020.

Lobbyiste et président de campagne

Agnès Maltais
PHOTO d’ARCHIVES, agence qmi
Agnès Maltais

 

Le Parti québécois a bien hâte de voir comment le gouvernement Couillard répondra aux demandes de M. Taillefer, qui est actuellement inscrit au registre des lobbyistes pour ses entreprises, XPND Capital et Taxelco, qui exploite Téo Taxi.

« Maintenant, c’est un proche du premier ministre, un membre de la famille libérale, a relaté la députée péquiste Agnès Maltais. [...] En ce moment même, M. Taillefer est inscrit comme lobbyiste directement auprès du premier ministre pour plusieurs modifications réglementaires. Nous savons aussi qu’il est lobbyiste au ministère des Transports, au Fonds vert et à Transition énergétique Québec pour obtenir des contrats ; qu’il est lobbyiste auprès de deux ministères pour obtenir une subvention de 4 M$. Nous ne savons pas où en sont rendues ces demandes. »

« Il suit les règles »

« Il s’inscrit au registre, suit les règles concernant le commissaire au lobbying, a répliqué en chambre le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier. Ma foi, elle est en train de me dire qu’il a un comportement de ce qu’il y a de plus honorable. Alors, pourquoi présumer qu’il n’aurait pas un comportement honorable ? »

« Je vais être scruté à la loupe et s’il y a quelque chose de mieux que le registre des lobbyistes, c’est les médias. Alors naturellement, il va falloir que je démontre une patte blanche absolue », a indiqué M. Taillefer, lors d’une brève mêlée de presse à Montréal.

Moreau l’invite à la prudence

Pierre Moreau
PHOTO d’ARCHIVES, agence qmi
Pierre Moreau

 

Perçu par plusieurs comme un prétendant à la succession éventuelle de Philippe Couillard, le ministre Pierre Moreau a accueilli l’arrivée d’Alexandre Taillefer au sein du PLQ en l’invitant à la prudence. Rien de moins.

« Moi, je pense qu’il doit prendre toutes les mesures que tous ceux qui s’engagent en politique doivent prendre, c’est-à-dire : être prudent, être transparent, s’assurer qu’il n’y a pas de situation de conflit ou des situations apparentes de conflit d’intérêts, a dit M. Moreau. Ça s’applique à lui, ça s’applique à tout le monde, ça s’applique à tous les partis et ça s’applique à tous ceux qui s’impliquent en politique. »

« Je pense que j’arrive avec un bagage en termes d’intégrité, en termes de réputation qui n’est pas à faire », s’est défendu de son côté M. Taillefer.

« M. Taillefer se joint au Parti libéral du Québec, ce n’est pas le Parti libéral du Québec qui se joint à M. Taillefer. Il va falloir qu’il soit d’accord aussi avec nos positions », a signalé M. Moreau à la sortie du Salon bleu.

M. Taillefer s’est par ailleurs engagé à user de son influence pour « ramener le Parti libéral plus proche des grandes valeurs » qui l’animaient dans les années 60 et 70, et influencer du même coup le contenu de son programme politique.

Comme l’a rappelé la CAQ, M. Taillefer milite depuis longtemps pour une réforme du mode de scrutin. Il s’est également prononcé en faveur du salaire minimum à 15 $ de l’heure, une avenue que le gouvernement Couillard a refusé d’emprunter.