/news/society
Navigation

Inquiétante violence sexuelle chez les jeunes couples

Inquiétante violence sexuelle chez les jeunes couples
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | La forte présence de violence conjugale chez les adolescents inquiète les intervenants qui souhaitent plus de soutien de la part du gouvernement du Québec.

Au Québec, ce sont 63 % des adolescentes qui ont affirmé avoir déjà vécu de la violence conjugale au moins une fois lors de la dernière année. Il y a également un garçon sur deux qui s’est dit victime de cette violence en couple.

Les gestes sont principalement psychologiques, mais ils sont également physiques et sexuels. Par exemple, 20 % des adolescentes en couple ont affirmé avoir vécu des violences sexuelles comme se faire embrasser, caresser ou toucher ou encore résister à une relation sexuelle alors qu’elles ne le voulaient pas.

« Vraiment fréquent »

Malgré la loi visant à combattre l’intimidation et la violence à l’école instaurée en 2012 par le gouvernement du Québec, les solutions tardent à s’imposer, signale Jacinthe Dion de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

« C’est vraiment fréquent et il faut qu’on fasse quelque chose », souligne Mme Dion qui plaide pour que l’aide gouvernementale soit au rendez-vous.

« Il n’y a pas tant d’argent dans les programmes et dans les écoles. Ce sont nous, les chercheurs, qui pensent que c’est important à évaluer », a-t-elle expliqué, soutenant que les institutions doivent investir dans de bonnes recherches.

« Ça prend des recherches de qualité pour voir les effets, ça peut juste être bon, indique Mme Dion. C’est bien beau inventer un programme, le mettre sur pied dans les écoles. Mais, s’il n’y a pas d’évaluation scientifique de ces programmes-là, on ne connaîtra pas les effets. »

Selon l’experte, si les cas de violence chez les adolescents sont encore si présents malgré les interventions qui ont été réalisées, c’est que ce n’était pas suffisant. « Il faut faire plus et bien », dit-elle.

Pas outillé

Alors que l’environnement scolaire joue un rôle important pour la prévention, les enseignants seraient mal à l’aise et ne sauraient pas quoi faire lorsqu’ils sont conscients de violences conjugales chez de jeunes couples à l’école.

« Ils ne sont pas assez outillés », admet la chercheuse qui a présenté des pistes de solution dans le cadre du congrès de l’ACFAS.

Selon l’étude, les jeunes soutiennent que les travailleurs sociaux, les enseignants et les psychologues sont les meilleures personnes pour intervenir.