/finance/business
Navigation

Nouvelle facture de 1,5 milliard $ pour de l’énergie éolienne: Québec veut imposer un parc éolien sur la Côte-Nord

Les promoteurs du projet de parc éolien Apuiat tenteraient d’obtenir les mêmes prix au kilowattheure que ceux obtenus par les promoteurs des plus récents parcs éoliens inaugurés en Gaspésie, comme celui-ci, à Carleton-sur-Mer, dans la baie des Chaleurs.
Photo d'archives Les promoteurs du projet de parc éolien Apuiat tenteraient d’obtenir les mêmes prix au kilowattheure que ceux obtenus par les promoteurs des plus récents parcs éoliens inaugurés en Gaspésie, comme celui-ci, à Carleton-sur-Mer, dans la baie des Chaleurs.

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’Hydro-Québec nage dans les surplus énergétiques, le gouvernement Couillard cherche à imposer à la société d’État l’achat d’électricité issue d’un nouveau parc éolien de 200 mégawatts (MW) qui sera construit sur la Côte-Nord. La facture atteindrait 1,5 milliard $ sur 25 ans.

Le projet du parc éolien Apuiat de 200 MW, qui doit voir le jour sur le territoire de Port-Cartier, est au neutre depuis deux ans malgré une entente avec le gouvernement Couillard et la nation innue.

Comme le rappelait hier la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, les achats d’électricité éolienne inutiles imposés par le gouvernement à Hydro-Québec ont coûté jusqu’à présent 2,5 milliards $ aux contribuables québécois entre 2009 et 2016.

Selon nos informations, d’intenses discussions auraient eu lieu entre Hydro-Québec et les promoteurs du parc éolien Apuiat (la nation innue, Boralex et la Société renouvelable Canada). Or, les discussions n’ont toujours pas abouti. Hydro-Québec tenterait de négocier un prix moins élevé.

Le gouvernement chercherait maintenant à imposer par un décret ministériel à Hydro-Québec Production l’achat de 200 MW d’électricité de ce parc éolien pendant 25 ans.

Total de 17 milliards $

Chez Hydro-Québec, on est d’avis que ces 200 MW s’ajouteront à ses surplus d’électricité estimés à plus de 169 térawatt-heures (TWh) pour une valeur totale de 17 milliards $ d’ici 2027.

« Nous sommes en situation de surplus présentement. C’est un défi pour nous d’équilibrer le développement économique régional et l’impact sur nos revenus », a fait savoir hier un porte-parole d’Hydro-Québec, Serge Abergel.

D’après nos calculs, la facture d’électricité refilée à Hydro-Québec pour acquérir les 200 MW au cours des 25 prochaines années s’élèvera à 1,5 milliard $.

Les promoteurs du projet chercheraient à obtenir sensiblement les mêmes prix que ceux obtenus par les promoteurs des plus récents parcs éoliens inaugurés en Gaspésie.

Alors qu’elle vend chaque kilowattheure un peu plus de 8 cents en moyenne à ses clients résidentiels québécois, Hydro-Québec pourrait devoir payer 11,5 cents en moyenne (en dollar courant) sur 25 ans à ces promoteurs.

Car, en plus d’une formule d’indexation annuelle prévue au contrat, Hydro-Québec devra également assumer les coûts de raccordement de ce parc éolien à son réseau électrique.

Au bureau du ministre des Ressources naturelles et responsable d’Hydro-Québec, Pierre Moreau, on soutient que les négociations se poursuivent entre les parties.

« On parle d’un projet qui aura un impact sur le développement économique régional », a fait valoir hier l’attachée de presse du ministre, Catherine Poulin.

Parc éolien Apuiat

 
Promoteurs Nation innue, Boralex et Société renouvelable Canada 
Lieu Territoire de Port-Cartier
Nombre d’éoliennes 57
Puissance  200 MW
Nombre d’éoliennes 57
Coût du projet 600 millions $