/news/politics
Navigation

Protection des jeunes: Martin Coiteux resserrera le règlement sur la promotion de l’alcool

caucus liberal
Photo d'archives Simon Clark Le gouvernement Couillard s’engage à restreindre la promotion de l’alcool afin que sa consommation soit moins attrayante pour les jeunes.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le gouvernement Couillard s’engage à restreindre la promotion de l’alcool afin que sa consommation soit moins attrayante pour les jeunes.

«Nos règlements sont adaptés à des médias traditionnels, mais les médias sociaux sont devenus le principal véhicule de publicité dans certains cas, et notamment à l’égard des jeunes», a expliqué le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, lors de l’étude du projet de la loi qui vise à modifier diverses dispositions en matière d’alcool.

«La protection des mineurs nous impose de moderniser notre façon de faire», a-t-il ajouté.

Afin de réviser «en profondeur» le règlement, le ministre Coiteux a annoncé la création d’un comité de travail qui aura pour mandat de conseiller le gouvernement.

Le comité sera formé des ministères concernés, des représentants de l’industrie et des intervenants directement interpellés par la santé publique et la protection des mineurs.

Le règlement va notamment contenir de nouvelles dispositions sur l’affichage, les promotions, les programmes éducatifs, et les publicités, a précisé le ministre.

«On le sait, maintenant, ça peut avoir des conséquences dramatiques, il y a eu un décès, et c’est quelque chose de très grave, donc on se doit de bouger», a dit M. Coiteux, faisant référence à la jeune Athéna Gervais.

L’adolescente de 14 ans a été retrouvée morte en mars dernier près de son école après avoir consommé des boissons sucrées à haute teneur en alcool sur l’heure du midi.

ASPQ satisfaite

L’Association pour la santé publique du Québec a applaudi la décision du ministre Coiteux de créer un comité de travail pour revoir le règlement sur la promotion de l’alcool.

«L'ASPQ espère que le comité de travail balisera de manière stricte les promotions véhiculées dans les médias conventionnels [...], mais également sur les nouvelles plateformes telles qu'internet et l'ensemble des médias sociaux», a indiqué Émilie Dansereau-Trahan, porte-parole pour l’ASPQ.

Mme Dansereau-Trahan invite le comité à se pencher également sur le phénomène des bons de réduction, des cartes de fidélité, des infolettres, courriels et le placement de produits dans les films et les émissions de télévision.