/news/politics
Navigation

La commissaire à l’éthique enquête sur Pierre Paradis

La commissaire à l’éthique enquête sur Pierre Paradis
Photo d’archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

La commissaire à l’éthique enquête sur l’ex-ministre libéral et actuel député de Brome-Missisquoi Pierre Paradis, a appris Le Journal.

Le cas de Pierre Paradis, qui n’a pas mis les pieds à l’Assemblée nationale depuis plus d’un an, intéresse la commissaire Ariane Mignolet. Selon nos informations, c’est son allocation pour frais de logement à Québec qui serait au cœur des vérifications effectuées par la gardienne du Code d’éthique des députés.

Les élus de l’Assemblée nationale ont droit au remboursement de 15 500 $ par an pour leurs frais de logement dans la Capitale nationale.

Le porte-parole de la commissaire Mignolet a confirmé la tenue d'une enquête, qui a cours depuis le 12 juin 2017. «L’enquête porte sur de possibles manquements au Code relatifs principalement à l’utilisation des biens et services de l’État et à des situations de conflits d’intérêts», s’est limité à commenter Pierre-Luc Turgeon.

Par ailleurs, l’Assemblée nationale signale qu’un député conserve le droit au remboursement de ses frais de logement même s’il est en période d’absence prolongée.

Pierre Paradis a été démis de ses fonctions de ministre et exclu du caucus libéral l'an dernier en raison d'allégations de gestes à caractère sexuel envers une employée de son cabinet. Depuis, il a été blanchi par le Directeur des poursuites criminelles et pénales des allégations d'inconduites sexuelles qui pesaient contre lui.

Victime d'une grave commotion cérébrale à la suite d'un accident d'équitation l'an dernier, M. Paradis n'a pas encore repris ses activités d'élu.

Jointe vendredi, son adjointe a affirmé qu’il avait l’intention de retourner siéger au Parlement, mais que son état de santé ne lui permettait pas encore. «Ce n’est pas toujours des bonnes journées, il y en a de plus en plus de bonnes journées, mais il a encore des étourdissements, dont ce matin, il en avait eus», a-t-elle précisé.

Elle a ajouté que Pierre Paradis n’est pas non plus en mesure de se rendre dans ses trois bureaux de circonscription. «Mais on va le rencontrer à son bureau à la maison et il suit de près tous les dossiers, il est au courant de tous nos dossiers. Il fait un bon travail, mais de la maison», a-t-elle insisté.