/finance/news
Navigation

Une veuve au bord du gouffre pour avoir trop accumulé

Une veuve au bord du gouffre pour avoir trop accumulé
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Yvonne est veuve et vit seule dans son petit condo. Âgée de 70 ans, elle souffre du syndrome de Diogène, un trouble du comportement qui la pousse à accumuler des objets de toutes sortes de façon compulsive.

Yvonne est suivie par les services sociaux depuis quelques années, notamment en raison de son trouble du comportement, mais récemment sa situation s’est fortement détériorée.

Qui plus est, depuis le décès de son mari, elle peine à faire face à ses obligations financières. Pour compenser, elle a utilisé sa marge et ses cartes de crédit, se retrouvant au bout du compte avec une dette de 86 900 $.

Yvonne étant harcelée par ses créanciers et vivant dans des conditions d’insalubrité de plus en plus préoccupantes, une travailleuse sociale est intervenue pour tenter de la tirer de ce mauvais pas. Un syndic autorisé en insolvabilité a aussi été appelé à la rescousse.

Un appartement insalubre

« Lorsque j’ai rencontré Yvonne, il était à peine possible de circuler dans son appartement. Son bain et sa douche étaient remplis d’objets hétéroclites, son réfrigérateur et son poêle étaient inutilisables et on constatait également la présence de rongeurs », explique Lynda Lalande, syndique autorisée en insolvabilité chez Raymond Chabot.

Le quatre pièces et demi dans lequel habitait Yvonne était si encombré que des piles d’objets et de papiers étaient entassées contre les murs, atteignant parfois une hauteur de 5 pieds.

Un vrai capharnaüm dans lequel elle vivait dans des conditions d’hygiène et de propreté déficientes.

Avec des revenus de 1600 $ net par mois, Yvonne n’était plus en mesure de payer son prêt automobile (450 $ par mois), les frais fixes relatifs à son logement, ni ses frais de subsistance.

« J’ai compris que notre mandat ne serait pas seulement de permettre à Yvonne de régler ses problèmes financiers, mais aussi de l’aider à vivre dans un environnement plus sain, et de reprendre le contrôle de sa vie », mentionne Lynda Lalande.

Remettre le condo en état

Pour venir à bout de ses dettes, la seule solution était de faire faillite et de rendre le véhicule au concessionnaire. Il fallait aussi vendre le condo qui se trouvait malheureusement dans un état de décrépitude avancé.

« Les services sociaux ont aidé Yvonne à trouver un logement supervisé afin qu’elle puisse déménager dans un lieu salubre. Avec l’accord des créanciers, avec l’aide d’un gestionnaire d’immeuble et de déménageurs, nous avons pris en charge sa relocalisation.

L’emballage, le transport et le déballage de ses effets ont été organisés et menés à bien, le tout sans frais pour Yvonne », explique la syndique.

Avant d’en arriver là, il a toutefois fallu passer deux jours à vider et trier le contenu du condo en présence d’Yvonne, qui identifiait les objets qu’elle souhaitait conserver.

La syndique a ensuite pris les dispositions nécessaires pour faire nettoyer, repeindre et remettre en état le condo, qui a ensuite pu être vendu, générant ainsi un bénéfice qui a permis de rembourser les créanciers dans une proportion de 32 %.

Yvonne a été libérée de sa faillite au bout de neuf mois. « Elle nous a rendu visite au bureau et elle semblait rajeunie tant elle se sentait soulagée de son fardeau ! Elle nous a raconté sa nouvelle vie, qu’elle s’était faite des amies.

Elle nous a remerciés pour notre aide et nos efforts qui dépassaient largement notre mandat de syndic », explique Lynda Lalande, heureuse d’avoir contribué à redonner goût à la vie à Yvonne.

 

Sa situation financière

Dettes :

  • Solde de cartes de crédit et de marge de crédit : 86 900 $

Actifs :

  • Condominium avec une équité de 50 000 $
  • Automobile financée, sans équité : paiement de 450 $ par mois

Revenu mensuel net :

  • 1600 $