/misc
Navigation

Une recommandation qui ne passe pas au PQ

La juge France Charbonneau.
Photo Agence QMI La juge France Charbonneau.

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti québécois s’oppose à une recommandation de la commission Charbonneau, qui empêchera une personne coupable d’intimidation ou de menaces sur un chantier de construction de pouvoir représenter un syndicat.

Le député péquiste Guy Leclair dénonce haut et fort cette disposition du projet de loi 152, que pilote la ministre du Travail Dominique Vien. « Cet article-là va faire perdre des maisons, des vies. Là, il y a quelqu’un qui va perdre sa job ! » a-t-il martelé en commission parlementaire.

Ce qui « choque » le député de Beauharnois, c’est que cette mesure s’appliquera pour cinq ans à compter de la date de la condamnation. « On ne parle pas des criminels : cour pénale, intimidation, pas quelqu’un qui a tué quelqu’un, là ! » a-t-il dit.

FTQ-Construction

Dans les cercles syndicaux, on parle abondamment de cette disposition qui risque fort de nuire à la FTQ-Construction. On chuchote que l’actuel DG, Yves Ouellet, prévoyait quitter ses fonctions très prochainement au congrès de la centrale prévu au début du mois de juin.

Seul hic, son successeur naturel, le directeur adjoint Éric Boisjoli, a été reconnu coupable en 2014 d’avoir proféré des menaces pour forcer l’arrêt d’un chantier en Gaspésie. Il pourrait donc être disqualifié pour le poste de grand patron du plus important syndicat de l’industrie de la construction.

Au PQ, on était avare de commentaires hier. Le porte-parole Dominique Vallières a affirmé que l’aile parlementaire péquiste n’est « pas contre » le principe de barrer la route à ceux qui versent dans l’intimidation et les menaces, mais que la proposition laissait place à « l’arbitraire ».