/news/currentevents
Navigation

Autre coup dur pour Petite-Vallée

Un incendie ravage la Maison Lebreux en Gaspésie

Par un triste hasard, l’auberge la Maison Lebreux, en Gaspésie, a été réduite en cendres seulement neuf mois après l’incendie du Théâtre de la Vieille Forge.
Captures d'écran, TVA Nouvelles Par un triste hasard, l’auberge la Maison Lebreux, en Gaspésie, a été réduite en cendres seulement neuf mois après l’incendie du Théâtre de la Vieille Forge.

Coup d'oeil sur cet article

Après le Théâtre de la Vieille Forge, il y a neuf mois, un autre pan de l’histoire culturelle de Petite-Vallée s’est envolé, samedi, dans un incendie qui a dévasté la Maison Lebreux.

Par un triste hasard, l’auberge la Maison Lebreux, en Gaspésie, a été réduite en cendres seulement neuf mois après l’incendie du Théâtre de la Vieille Forge.
Capture d’écran, TVA nouvelles

Le feu s’est déclaré en avant-midi dans l’auberge familiale qui accueille depuis 40 ans artistes et touristes sur le site du célèbre Festival en chanson, à quelques mètres du théâtre parti en fumée l’été dernier.

La propriétaire Denise Lebreux s’y trouvait avec un autre membre de la famille. « Tout d’un coup, elles ont vu de la fumée sortir par le mur. C’est là qu’elles ont évacué », a relaté son fils Simon Côté. Les occupantes n’ont pas été blessées et ont aussitôt averti les pompiers.

Par un triste hasard, l’auberge la Maison Lebreux, en Gaspésie, a été réduite en cendres seulement neuf mois après l’incendie du Théâtre de la Vieille Forge.
Photo Twitter

L’incendie semblait maîtrisé vers 10 h, et les dégâts s’annonçaient limités, raconte M. Côté. Mais le pire était encore à venir.

« Ç’a repris de plus belle, s’est-il désolé. C’est une maison qui était isolée à l’ancienne, avec du bran de scie, des choses comme ça, donc des éléments très isolants, mais très combustibles aussi. Le feu a probablement couru avec les fils électriques », pense-t-il. Le bâtiment est une perte totale, confirme-t-il.

Longue tradition

Son frère, Alan Côté, ne cachait pas sa tristesse devant la perte de la demeure construite par son arrière-grand-père. L’établissement a aussi une longue tradition musicale, a-t-il souligné. « C’est les Séguin, les Rivard, M. Vigneault, Paul Piché... tout ce monde-là est venu chez nous, ils ont dormi chez nous », a exprimé celui qui est aussi le directeur du Festival en chanson.

L’auberge de 15 chambres affichait complet pour la durée des festivités, qui débutent dans un mois. Tout n’est pas perdu, puisque les chalets adjacents à la demeure ont été préservés. Les frères Côté entendent communiquer avec leur clientèle dans les prochains jours pour leur offrir une solution de rechange.

Nombreuses réactions

Seulement quelques heures après les faits, tous les deux évoquaient déjà une possible reconstruction. « On va reconstruire quelque chose, mais à savoir si ce sera une auberge ou simplement une résidence pour ma mère et pour la famille, c’est à suivre. On n’est pas rendu là », a dit Simon Côté.

L’incendie a déclenché de nombreuses réactions dans le monde artistique, à commencer par celles de Louis-Jean Cormier, neveu de la propriétaire. « Se tenir debout quand la vie te varge dans la face à grands coups de pelle, ça reste un petit peu dur. Mais on va le faire quand même », a-t-il écrit sur Facebook, disant vouloir faire un « pied de nez au karma ».