/lifestyle/health
Navigation

La menace croissante du cancer du pancréas

La menace croissante du cancer du pancréas
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

On prévoit que le cancer du pancréas pourrait devenir la deuxième cause de mortalité par cancer au cours des prochaines années.

Même s’il ne vient qu’au 12e rang de tous les nouveaux cas de cancers diagnostiqués en 2017 au Canada, le cancer du pancréas représente pourtant la 4e cause de mortalité par cancer, autant chez les hommes que chez les femmes. Ce lourd fardeau reflète l’extraordinaire puissance destructrice de cette maladie : de tous les cancers, celui du pancréas est en effet celui qui présente le plus faible taux de survie à 5 ans (< 5 %), la majorité des patients décédant dans les mois suivant le diagnostic.

Ce fort taux de mortalité s’explique par l’impossibilité de traiter adéquatement ce cancer lorsqu’il est diagnostiqué à un stade avancé, ce qui est souvent le cas. Ce cancer est en effet caractérisé par une progression silencieuse, sans symptômes apparents, et forme très rapidement des métastases. Lorsque les premiers signaux d’alarme apparaissent (jaunisse, amaigrissement, fatigue, douleur à l’abdomen ou au dos), il arrive donc fréquemment que le cancer se soit déjà propagé dans les tissus environnants (foie, ganglions) et ne puisse être excisé par la chirurgie.

Hausse d’incidence

Un autre aspect préoccupant du cancer du pancréas est que plusieurs spécialistes prévoient que son impact risque de s’aggraver au cours des prochaines années et que cette maladie pourrait devenir la deuxième cause de mortalité par cancer d’ici 2030(1).

Un article récent résume les principaux facteurs qui expliquent cette tendance à la hausse(2) :

  1. Obésité et diabète. Historiquement, le tabagisme représentait le principal facteur du mode de vie associé à une hausse du risque du cancer du pancréas (le risque est doublé chez les fumeurs). Avec la chute drastique du nombre de fumeurs, on aurait normalement dû s’attendre à voir l’incidence des cancers du pancréas diminuer fortement, d’une façon similaire à la baisse constante des cancers du poumon observée depuis une quinzaine d’années. Malheureusement, ces gains ont été annulés par la montée vertigineuse du taux d’obésité et de diabète, qui sont eux aussi des facteurs de risque importants de cancer du pancréas.
  2. Une meilleure identification des cellules cancéreuses. L’amélioration constante des outils diagnostiques (imagerie haute définition, tests génétiques et biochimiques ultrasensibles) fait en sorte qu’il est désormais possible de déterminer avec plus de précision l’origine des cellules cancéreuses. Des tumeurs qui étaient autrefois classifiées comme d’origine inconnue peuvent maintenant être identifiées et s’avérer être d’origine pancréatique.
  3. L’amélioration de l’efficacité du traitement de plusieurs cancers. Le dépistage et le développement de nouveaux médicaments ont permis de réduire significativement les taux de mortalité des cancers du sein, de la prostate et du côlon. Ces avancées n’ont malheureusement pas eu le même succès pour le traitement du cancer du pancréas, de sorte qu’une proportion de plus en plus grande de la mortalité liée au cancer touche les patients atteints de ce cancer.

Obésité et cancer

L’excès de graisse représente un état pathologique associé à une inflammation chronique, une surproduction de plusieurs facteurs de croissance et d’importants dérèglements métaboliques qui, collectivement, favorisent le développement de plusieurs types de cancers. En ce qui concerne le cancer du pancréas, les études indiquent que les personnes qui sont obèses dès le début de l’âge adulte (20-49 ans) ont 150 % plus de risque d’être foudroyées par un cancer du pancréas et développent ce cancer de 2 à 6 ans plus tôt que les personnes de poids normal(3).

La prévention demeure la clé pour diminuer l’incidence du cancer du pancréas et réduire son fort taux de mortalité. Ceci est d’autant plus important que nous sommes à risque élevé de développer ce cancer, car des autopsies réalisées sur des personnes décédées de causes autres que du cancer révèlent que 75 % de la population possède des lésions précancéreuses au niveau du pancréas(4). Éviter de fumer, maintenir un poids santé et réduire sa consommation de viandes rouges et de charcuteries au profit de sources de protéines végétales représentent les meilleures façons connues de limiter la progression de ces microtumeurs et d’empêcher le développement du cancer du pancréas.


(1) Rahib L et coll. Projecting cancer incidence and deaths to 2030: the unexpected burden of thyroid, liver, and pancreas cancers in the United States. Cancer Res. 2014 ; 74 : 2913–2921.

(2) Wallis C. Why pancreatic cancer is on the riseScientific American, 1 avril 2018. 

(3) Li et al. Body mass index, age of onset, and survival in patients with pancreatic cancer. JAMA 2009 ; 301 : 2553-2562.

(4) Cubilla AL et PJ Fitzgerald. Morphological lesions associated with human primary invasive nonendocrine pancreas cancer. Cancer Res. 1976 ; 36 : 2690-8.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.