/news/provincial
Navigation

Jonatan Julien encense tous ses ex-collègues... sauf Régis Labeaume

Le nouvel indépendant a également appuyé une proposition de Québec 21

Jonatan Julien et Régis Labeaume ont échangé une poignée de main plutôt tiède et des salutations d’usage pendant quelques secondes, mardi, à l’entrée du conseil, une première depuis que M. Julien a claqué la porte du parti du maire le 10 mai dernier. 
Photo Simon Clark Jonatan Julien et Régis Labeaume ont échangé une poignée de main plutôt tiède et des salutations d’usage pendant quelques secondes, mardi, à l’entrée du conseil, une première depuis que M. Julien a claqué la porte du parti du maire le 10 mai dernier. 

Coup d'oeil sur cet article

Jonatan Julien a brisé la glace comme indépendant, mardi soir, en encensant tous ses ex-collègues d’Équipe Labeaume, à l’exception du maire. Il s’est également rangé derrière Québec 21 pour une proposition sur la transparence des élus.

Jonatan Julien et Régis Labeaume ont échangé une poignée de main plutôt tiède et des salutations d’usage pendant quelques secondes, mardi, à l’entrée du conseil, une première depuis que M. Julien a claqué la porte du parti du maire le 10 mai dernier. 
Photo Simon Clark

Lors de sa toute première intervention dans les banquettes de l’opposition, face à celle du maire Régis Labeaume, l’ex-vice-président du comité exécutif a bouclé la boucle de son départ en remerciant chacun de ses ex-collègues un à un, soulignant tantôt leur « humanité », tantôt leur « approche collaboratrice » ou encore le « souffle nouveau » insufflé par les plus jeunes élus.

Jonatan Julien et Régis Labeaume ont échangé une poignée de main plutôt tiède et des salutations d’usage pendant quelques secondes, mardi, à l’entrée du conseil, une première depuis que M. Julien a claqué la porte du parti du maire le 10 mai dernier. 
Photo Simon Clark

« Je tiens à souligner à mes collègues qu’ils forment une super équipe. N’oubliez pas que quand vous travaillez ensemble, en collégialité, vos contributions sont nettement supérieures à la somme de vos contributions individuelles. Merci pour tout, chers collègues », a-t-il conclu avant de se rasseoir.

Jonatan Julien et Régis Labeaume ont échangé une poignée de main plutôt tiède et des salutations d’usage pendant quelques secondes, mardi, à l’entrée du conseil, une première depuis que M. Julien a claqué la porte du parti du maire le 10 mai dernier. 
Photo Simon Clark
Jonatan Julien et Régis Labeaume ont échangé une poignée de main plutôt tiède et des salutations d’usage pendant quelques secondes, mardi, à l’entrée du conseil, une première depuis que M. Julien a claqué la porte du parti du maire le 10 mai dernier. 
Photo Simon Clark

Celui qui a claqué la porte d’Équipe Labeaume à la suite des déclarations du maire – qui l’a pointé du doigt publiquement pour le cafouillage du projet de la future centrale de police – n’a oublié personne.

Jonatan Julien et Régis Labeaume ont échangé une poignée de main plutôt tiède et des salutations d’usage pendant quelques secondes, mardi, à l’entrée du conseil, une première depuis que M. Julien a claqué la porte du parti du maire le 10 mai dernier. 
Photo Simon Clark

Sauf... le maire Régis Labeaume, pour qui il avait visiblement épuisé sa réserve de fleurs. M. Julien n’a pas prononcé un seul mot à l’intention du maire.

« Je n’ai rien contre Jonatan »

Plus tôt en après-midi, le maire Régis Labeaume avait reconnu que la soirée s’annonçait « un peu spéciale ». « Jonatan, on est habitués de l’avoir à nos côtés », avait-il laissé tomber.

Jonatan Julien et Régis Labeaume ont échangé une poignée de main plutôt tiède et des salutations d’usage pendant quelques secondes, mardi, à l’entrée du conseil, une première depuis que M. Julien a claqué la porte du parti du maire le 10 mai dernier. 
Photo Simon Clark

En mêlée de presse, M. Labeaume a réitéré que le départ de Jonatan Julien n’était attribuable selon lui qu’à un seul dossier, celui de la centrale de police, malgré le long silence du principal intéressé qui avait laissé sous-entendre le contraire la semaine dernière.

« Moi, je n’ai rien contre Jonatan », a renchéri le maire.

Mardi soir, M. Julien prenait place à la gauche du seul autre conseiller indépendant, Yvon Bussières, dans la même rangée que le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin.

Pour et contre Labeaume

Jonatan Julien et Régis Labeaume ont échangé une poignée de main plutôt tiède et des salutations d’usage pendant quelques secondes, mardi, à l’entrée du conseil, une première depuis que M. Julien a claqué la porte du parti du maire le 10 mai dernier. 
Photo Simon Clark

Deux fois plutôt qu’une, le nouvel indépendant s’est levé pour appuyer l’administration Labeaume, d’abord sur la reddition de comptes pour les missions à l’étranger qui est suffisante à ses yeux, puis sur la « sage décision » du comité exécutif qui a accepté la tenue d’un plénier sur la centrale de police.

« J’espère qu’on ne reportera pas aux calendes grecques le projet de centrale de police. Tout délai serait dommageable », a-t-il toutefois prévenu.

Par la suite, il a donné pour la première fois son appui à une proposition du chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, qui réclame la publication mensuelle des dépenses détaillées des élus. « Je n’ai pas de difficulté avec la transparence des dépenses », a-t-il observé.

Le maire et son équipe s’y sont opposés, estimant que tout est déjà « public » et qu’il n’est pas utile d’en faire davantage.

 

La saga

  • Jonatan Julien a été élu en 2013 et en 2017 sous la bannière d’Équipe Labeaume
  • Il occupait le poste de vice-président du comité exécutif depuis 2013
  • Le 9 mai 2018, Régis Labeaume affirme que Jonatan Julien « l’a échappé » dans le dossier de la future centrale de police
  • Le lendemain, M. Julien affirme que le lien de confiance avec le maire « est brisé » et annonce qu’il siégera dorénavant comme indépendant
  • Depuis, Jonatan Julien a quitté tous les comités auxquels il participait, mais il demeure conseiller de Neufchâtel-Lebourgneuf et conserve la présidence de l’arrondissement des Rivières