/sports/opinion/columnists
Navigation

Les gérants sur la sellette

Parmi les gérants du baseball majeur qui risquent de perdre leur poste prochainement, il y a le vénérable Buck Showalter, des Orioles de Baltimore.
Photo d’archives Parmi les gérants du baseball majeur qui risquent de perdre leur poste prochainement, il y a le vénérable Buck Showalter, des Orioles de Baltimore.

Coup d'oeil sur cet article

Mon professeur de latin nous le répétait souvent : tempus fugit...

Oui, le temps passe vite et, surtout, il ne revient pas.

La saison du baseball majeur 2018 est déjà vieille d’un quart et les surprises sont nombreuses, comme celles de voir les Braves d’Atlanta en tête de la division Est de la Ligue nationale et les Pirates de Pittsburgh batailler pour le premier rang de la division Centrale.

Mais, ce qui me surprend peut-être le plus, c’est qu’un seul gérant, celui des Reds de Cincinnati, ait été congédié. Mais, je vous en donne ma parole, il y en aura d’autres, et possiblement dans un avenir rapproché.

Je me demande encore pendant combien de temps la haute direction des Orioles de Baltimore va tolérer voir cette équipe croupir au dernier rang dans l’Est de la Ligue américaine. Le temps est-il venu de remplacer le vénérable Buck Showalter comme gérant, lui qui occupe ce poste pour une neuvième saison ?

Et est-ce que notre bon copain Dan Duquette, le responsable des opérations baseball, pourrait être menacé de perdre son poste lui aussi ?

J’ai l’impression que les Orioles attendent de voir ce qu’ils vont faire avec l’arrêt-court Manny Machado, avant de prendre une décision, dans les deux cas.

Dans la division Centrale de l’Américaine, deux hommes sont sur un siège éjectable, soit Rich Renteria, le pilote des White Sox de Chicago et Ned Yost, celui des Royals de Kansas City.

Après sa première saison avec les White Sox et un dossier de 62-95, le sympathique Renteria n’a pu faire mieux qu’un bilan de 10-28, le pire des majeures à sa deuxième campagne tandis que Yost, qui en est à sa neuvième saison avec les Royals, n’a remporté que trois victoires de plus.

Enfin, dans la division Ouest, seul Jeff Banister semble en danger avec seulement 16 gains dans le premier quart de la saison et déjà un recul de 10 matchs derrière les Astros et les surprenants Angels.

Et dans la Ligue nationale ?

La situation des gérants de la Ligue nationale est bien plus stable que dans l’Américaine. Les Reds ont déjà procédé au changement de leur pilote et malgré le début cahoteux des Marlins, le poste de Don Mattingly ne semble pas en péril avec l’arrivée de Derek Jeter et de nouveaux propriétaires.

Je doute que Dave Roberts soit menacé, car ses Dodgers ont subi trop de blessures à des joueurs-clés pour justifier son renvoi. Par contre, Andy Green doit moins bien dormir chez les Padres de San Diego.

Finalement, possiblement pour des raisons de santé, il ne faudrait pas se surprendre de voir Bruce Bochy être relevé de ses fonctions vers la pause du match des étoiles. Surtout, si ses meilleurs lanceurs reviennent en santé et que ses Giants ne retrouvent pas le sentier de la victoire.

Alex Anthopoulos, un gagnant

Après avoir aidé à construire une équipe qui a atteint les éliminatoires deux années de suite chez les Blue Jays de Toronto, le montréalais Alex Anthopoulos a refusé un contrat de cinq ans et a pris le chemin de Los Angeles, où, comme vice-président des opérations baseball, il a vu les Dodgers remporter deux championnats de division de suite.

Et, au mois de novembre dernier, il a quitté les Dodgers pour accepter le poste de vice-président exécutif et directeur général des Braves d’Atlanta. Et voici que les Braves forment l’une des meilleures équipes de la Ligue nationale.

On peut dire à coup sûr qu’Anthopoulos sait quoi faire pour gagner.

Ma deuxième passion : la pêche

Vous savez sans aucun doute qu’après le baseball, je suis un passionné de la pêche.

Et l’un des endroits que j’affectionne le plus, c’est le lac Saint-Pierre où le meilleur poisson du Québec, le doré, foisonne. Un endroit où je l’ai souvent taquiné en compagnie de Felipe Alou et du pourvoyeur Roger Gladu.

Incidemment, l’édition 2018 du tournoi de pêche officiel de la Pourvoirie Roger Gladu aura lieu les 1er et 2 juin, alors que le doré jaune, le doré noir et le grand brochet seront à l’honneur.

Un événement à ne pas manquer... à coup sûr !


Pete Rose et ses dettes

Pete Rose a récemment admis qu’il devait plus d’un million de dollars au fisc américain et pourtant l’ex-épouse du roi des coups sûrs, Carol, soutient que Pistol Pete engrange plus d’un million par année en raison d’engagements publicitaires et des séances de signatures d’autographes dans différents salons. Pour alléger ses dettes, Rose pourrait toujours vendre sa Rolls-Royce immatriculée « HITKING » au Nevada qui est évaluée à 300 000 $, mais il ne trouve pas d’acheteur. Toujours selon l’ex-épouse de Rose, dont il est séparé, mais non divorcé, Pete est toujours un parieur invétéré, malgré le fait qu’il était banni du baseball en raison de cette habitude.

Davidson adore Kansas City

Les Royals de Kansas City devraient sérieusement songer à mettre la main sur Matt Davidson, des White Sox de Chicago, car ce dernier adore frapper à leur domicile, le Kauffman Stadium. Lors du match d’ouverture des Royals, Davidson les a démolis avec trois longues balles, puis lors de la deuxième visite des White Sox à Kansas City, Davidson en a ajouté quatre autres pour un total de sept. Le record pour le plus grand nombre de circuits par un joueur dans un stade au cours d’une saison est de 10, établi par Harry Heilmann, en 1922, au Shibe Park de Philadelphie. Et Davidson a encore six matchs à jouer au Kauffman Stadium cette saison.

Palmeiro avec son fils

Même s’il est âgé de 53 ans, Rafael Palmeiro a toujours le goût de jouer au baseball, tellement qu’il vient d’accepter de jouer aux côtés de son fils, Patrick, avec l’équipe indépendante des Railroaders de Cleburne. Palmeiro ne cache pas qu’il souhaite aussi tenter sa chance dans les majeures malgré qu’il soit quinquagénaire. Le joueur d’origine cubaine a d’ailleurs réussi un coup sûr à sa première présence au bâton avec les Railroaders, une formation de l’Association américaine, 12 ans après avoir annoncé sa retraite des majeures. L’ancien des Orioles de Baltimore a réussi 3020 coups sûrs en carrière, dont 569 circuits.

Du baseball à Londres

Après avoir accueilli le football de la NFL, la ville de Londres sera le théâtre de deux matchs réguliers du baseball majeur l’an prochain. En effet, les Yankees de New York et les Red Sox de Boston iront disputer les deux premiers matchs des majeures en Europe, les 29 et 30 juin 2019. Les rencontres seront présentées au Stade olympique de Londres, qui pourra accueillir 55 000 spectateurs. La NFL présente des matchs réguliers à Londres depuis 2007, alors que 18 rencontres ont été disputées au stade Wembley et trois autres au stade Twickenham. Le baseball majeur a déjà confirmé que d’autres parties seront jouées à Londres en 2020.