/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Ras le pompon de Jaggi Singh!

L'activiste Jaggi Singh a été arrêté lors d'un rassemblement antiraciste, après avoir bloqué l'autoroute 15, près du poste frontalier Saint-Bernard-de-Lacolle, le 19 mai dernier.
Photo d'archives Agence QMI, Dario Ayala L'activiste Jaggi Singh a été arrêté lors d'un rassemblement antiraciste, après avoir bloqué l'autoroute 15, près du poste frontalier Saint-Bernard-de-Lacolle, le 19 mai dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Un groupe d’étudiants de l’université Concordia milite depuis longtemps pour couper les fonds qui paient le salaire du casseur professionnel Jaggi Singh.

La plus récente frasque de Jaggi Singh s’est passée la fin de semaine dernière, à Saint-Bernard de Lacolle lors d’une manifestation «pro-migrants» d’un groupe au sein duquel l’activiste fait figure centrale, porte-voix à la main.

Se sachant bien en vue des nombreuses caméras, Singh a fait son show. Accompagné de quelques supporteurs, ils ont bloqué l’autoroute 15 avant d’être poliment déplacés par les officiers de la Sureté du Québec.

La scène avait quelque chose de surréaliste comme on peut le constater ici, tirée d’un reportage du journaliste Yves Poirier. Le militant antifasciste d’extrême gauche est intercepté par deux policiers de la SQ.

Jusque là, ça va.

Là où ça devient franchement troublant, c’est quand ces deux policiers deviennent complices du show de Singh – ses relationnistes de presse en quelque sorte!- en s’assurant que le militant puisse accorder une entrevue à Yves Poirier sans être inquiété le moins du monde.

Les policiers s’immobilisent, le temps que Singh déblatère sa poutine antifasciste indigeste. Vous êtes contre l’ouverture complète des frontières? Cela fait de vous des sales racistes, des fascistes.

Les policiers, calmement, stoïques, derrière en attendant que moooonsieur ait terminé son entrevue...

Le journaliste Yves Poirier lui fera d’ailleurs remarquer que le groupe Storm Alliance (avec lequel je ne suis pas en accord et qui devrait cesser ses manifs à la frontière si ce n’est que pour nous éviter les frasques de Singh) ne donne pas dans le grabuge, contrairement à lui et ses supporteurs...

Des étudiants de Concordia en ont assez

Au cours des dernières heures, la publication Facebook d’un groupe de l’université Concordia nommé «Opt Out Concordia» a beaucoup circulé. Cette publication date de septembre 2017 mais elle a refait surface suite à l’arrestation de Singh en fin de semaine.

En gros, ce groupe en appelle à couper les vivres du militant d’extrême gauche :

«Nous soutenons le droit de Jaggi Singh à la liberté d'expression.

Nous ne soutenons pas le vol de fonds des étudiants de Concordia pour le payer.

Si jaggi veut passer son temps à manifester pour une politique de la frontière ouverte, à s’enrager contre le capitalisme, tout en vandalisant la propriété pour faire passer son point de vue, il devrait se trouver un travail de jour chez Starbucks pour subvenir lui-même à ses besoins. Les étudiants de Concordia en ont marre qu’on leur arrache des centaines de milliers de dollars chaque session (pas une exagération !) pour payer les singeries contre-productives avec lesquelles la plupart des étudiants ne sont pas d'accord

Ce groupe milite pour que les étudiants de Concordia soient bien au fait de leur droit de se désengager de devoir payer certains frais universitaires tels que la cotisation à une association étudiante radicale avec les positions de laquelle ils seraient en désaccord.

«Opt Out Concordia» a dénoncé dans le passé le salaire de 37 000 $ par an qui est versé à Jaggi Singh dont l’essentiel proviendrait des cotisations étudiantes.

La population québécoise aussi en a marre des frasques de cet activiste d’extrême gauche qui semble toujours s’en tirer assez bien de ses démêlées avec la justice.

Gageons que rien ne l’empêchera d’aller faire son show dans le décor champêtre de La Malbaie dans Charlevoix...

****

AJOUT : Jaggi Singh a annoncé le 10 mai dernier qu'il quitterait son emploi à Concordia au cours des prochaines semaines.