/sacchips/zonepolcan
Navigation

[Alerte emploi] Artiste en résidence au parlement

[Alerte emploi] Artiste en résidence au parlement
Montage - Olivier Charbonneau

Coup d'oeil sur cet article

Après le poète officiel et le carillonneur du Dominion, le Parlement pourrait bientôt avoir un artiste visuel en résidence. Un projet de loi en ce sens vient de franchir l’importante étape de la troisième lecture au Sénat.

«L’artiste visuel officiel du Parlement a pour mandat de promouvoir les arts au Canada par l’intermédiaire du Parlement», peut-on lire dans le projet de loi.

Pour y arriver, le candidat choisi pourra, au gré de son inspiration, créer des œuvres d’art sur le support de son choix. Ainsi, il pourra provenir du milieu «du dessin, de la peinture, de la sculpture, de la gravure, du design, de l’artisanat, de la photographie, de la vidéographie ou du cinéma».

Il aura aussi la liberté de suggérer à la Bibliothèque du Parlement d’acheter des œuvres d’art jugées essentielles pour la collection nationale.

«La création du poste d’artiste visuel officiel du Parlement souligne l’importance, la valeur et l’appréciation de la contribution des artistes visuels au Canada», a dit le représentant du gouvernement au Sénat, le sénateur Peter Harder, dans un ultime discours pour supplier ses collègues d’adopter le projet de loi à la Chambre haute.

Au final, il n’y a eu aucune opposition lors du vote qui a eu lieu au début du mois.

Ce sera maintenant au tour des députés de se prononcer à la Chambre des communes sur la création prochaine du poste d’artiste visuel en résidence. Pour l’instant, il ne figure pas sur le menu législatif du gouvernement, et un certain temps pourrait donc s'écouler avant qu'il n'obtienne la sanction royale.

Plusieurs autres métiers uniques

[Alerte emploi] Artiste en résidence au parlement
Agence QMI

L’appareil fédéral regorge de métiers rares, voire uniques. Par exemple, le Parlement embauche depuis 1927 un carillonneur pour faire résonner les cloches de la Tour de la Paix chaque jour de la semaine. Sur le coup de midi, il est possible d’entendre, dans les environs de la colline du Parlement, un récital d’environ cinq chansons dont la première est toujours Ô Canada.

Le Parlement compte aussi dans ses rangs un poète officiel, qui a pour responsabilité de faire la promotion de la littérature canadienne. L’Acadienne Georgette LeBlanc vient d’être nommée à ce poste pour un mandat de deux ans.

Chez la gouverneure générale, une vingtaine de personnes travaillent jour après jour à dessiner des armoiries.

Mais rassurez-vous, le Canada n’invente rien. Avoir des artistes en résidence était une coutume des familles royales au Moyen Âge et pendant la Renaissance.