/news/politics
Navigation

Le départ de Robert Poëti cause la surprise

Le comportement du député de Marguerite-Bourgeoys aurait « choqué » plusieurs de ses collègues libéraux

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre Robert Poëti a causé la stupéfaction de son chef Philippe Couillard et de ses collègues libéraux mercredi en annonçant qu’il quittait la politique au terme de son mandat.

Le ministre Robert Poëti, qui a annoncé mercredi qu’il ne sollicitera pas un nouveau mandat, a expliqué vouloir passer plus de temps avec ses proches.
Photo Simon Clark
Le ministre Robert Poëti, qui a annoncé mercredi qu’il ne sollicitera pas un nouveau mandat, a expliqué vouloir passer plus de temps avec ses proches.

Signe que les relations n’étaient pas au beau fixe avec le premier ministre, qui l’avait dégommé de son poste de ministre des Transports en 2016, le député de Marguerite-Bourgeoys n’a pas cru bon de l’informer de ses intentions.

Il a plutôt opté pour prendre tout le monde par surprise durant la réunion des élus libéraux, mercredi matin, le chef inclus.

Robert Poëti a insisté pour présenter une vidéo dans laquelle il annonce sa décision de ne pas solliciter un nouveau mandat. L’ancien policier y remercie ses collègues, les citoyens et même ses adversaires de l’opposition, sans jamais faire référence au PM.

Malaise

Le malaise était palpable dans la salle du caucus, notamment en raison de la réaction ahurie de Philippe Couillard, selon plusieurs sources libérales. « Beaucoup de collègues sont choqués, a confié un élu. C’est un manque de respect au PM. »

En point de presse, plus tard, Robert Poëti a dit vouloir passer plus de temps avec ses proches. Il s’est défendu d’avoir commis un impair à l’égard de son chef. « Ma relation (avec le PM) est excellente », a martelé Robert Poëti, qui avait été investi comme candidat en décembre dernier.

Philippe Couillard a brièvement remercié son ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics et aux Ressources informationnelles. « C’est une opportunité de renouveau sans précédent, a-t-il enchaîné. J’ai eu une bonne relation de travail avec Robert, il y a eu des moments plus difficiles, il a fait des choses importantes, moi je le remercie. »

Poëti chez Garda ?

Talonné par les journalistes, le ministre Poëti a nié s’être déjà magasiné un nouvel emploi au sein de la firme de sécurité Garda, une rumeur persistante dans les corridors de l’Assemblée nationale.

Il a admis avoir eu une offre de la part de la firme en 2016, lorsqu’il avait été relégué aux banquettes arrière, qu’il avait déclinée. « Depuis ce temps, il n’y a pas eu d’autres discussions avec Garda, d’aucune façon, pas plus dans les semaines qui précèdent qu’aujourd’hui ou demain », a-t-il assuré.

L’ex-policier n’a toutefois pas été en mesure d’exclure totalement la possibilité qu’il joigne l’entreprise après la fin de son mandat. « Aujourd’hui, je vous dis que je ne vais pas à Garda. Je verrai en octobre, mais actuellement, ce n’est pas ça », a-t-il dit.

Robert Poëti est le quinzième député à quitter le navire libéral.

Robert Poëti

  • Élu député de Marguerite-Bourgeoys depuis 2012
  • Ministre des Transports et de la région de Montréal de 2012 à 2014
  • Au remaniement de janvier 2014, il est le seul élu à être exclu du Conseil des ministres
  • Au mois d’avril 2014, il révèle au grand jour des irrégularités au ministère des Transports
  • En octobre 2017, il réintègre le cabinet de Philippe Couillard comme ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics et aux Ressources informationnelles