/news/politics
Navigation

La CAQ demande l’abandon d’un nouveau projet éolien sur la Côte-Nord

Periode des questions
Photo Simon Clark «C’est irresponsable. Ce projet là ne sera pas viable économiquement alors qu’Hydro-Québec nage déjà dans les surplus», a indiqué jeudi le chef de la CAQ, François Legault.

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition Avenir Québec (CAQ) demande au gouvernement Couillard d’abandonner l’idée d’imposer à Hydro-Québec l’achat d’électricité issu d’un nouveau parc éolien de 200 mégawatts (MW) qui sera construit sur la Côte-Nord.

«C’est irresponsable. Ce projet là ne sera pas viable économiquement alors qu’Hydro-Québec nage déjà dans les surplus», a indiqué jeudi le chef de la CAQ, François Legault.

Comme le rapportait Le Journal la semaine dernière, la facture d’électricité de ce nouveau parc éolien de 200 MW est estimée à plus 1,5 milliard $ sur 25 ans.

Selon la CAQ, le Parti libéral cherche à «acheter des votes» sur la Côte-Nord à la veille des élections provinciales.

«On demande au gouvernement actuel et à Philippe Couillard de ne rien signer d’ici les quatre prochains mois», a martelé le chef caquiste.

Annonce imminente

La semaine dernière, le ministre responsable de la Côte-Nord, Pierre Arcand, a indiqué qu’une annonce était imminente et que le projet ira de l’avant coûte que coûte.

Le projet du parc éolien Apuiat de 200 MW qui doit voir le jour sur le territoire de Port-Cartier est au neutre depuis deux ans malgré une entente avec le gouvernement Couillard et la Nation innue.

Selon nos informations, d’intenses discussions auraient cours entre Hydro-Québec et les promoteurs du parc éolien Apuiat (composés de la Nation innue, Boralex et la Société renouvelable Canada).

Alors qu’elle vend chaque kilowattheure un peu plus de 8 cents en moyenne à ses clients résidentiels québécois, Hydro-Québec pourrait devoir payer 11,5 cents en moyenne (en dollar courant) sur 25 ans à ces promoteurs.

Comme le rappelait récemment la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, les achats d’électricité éolienne inutiles imposés par le gouvernement à Hydro-Québec ont coûté jusqu’à présent 2,5 milliards $ aux contribuables québécois entre 2009 et 2016.