/news/currentevents
Navigation

La SPA veut trouver une alternative à l’euthanasie

Coup d'oeil sur cet article

La Société de protection des animaux (SPA) de Québec veut miser sur une nouvelle façon de faire pour gérer la population de chats errants, qui permettrait notamment de délaisser l’euthanasie.

L’organisme entend appliquer le programme Capture-Stérilisation-Relâche-Maintien (CSRM). Celui-ci consiste à capturer les chats errants pour les stériliser, puis ensuite les relâcher. À terme, cette technique permettrait de maintenir les populations de chats, d’éviter l’euthanasie d’animaux et de diminuer les désagréments liés aux félins orphelins.

« C’est une façon assez contre-intuitive, puisqu’on gérerait le problème de plaintes sans nécessairement euthanasier des animaux», avoue le président de la SPA de Québec, Félix Tremblay.

La Ville de Québec estime que quelque 30 000 chats errants se trouvent sur son territoire. « Les problèmes liés aux chats errants, ce sont souvent des problèmes de bruit la nuit. Si on enlève les organes reproducteurs des mâles et des femelles, il n’y aura plus de combats de chats, de chattes en chaleur et de marquage de territoire, puisqu’ils ne sentiront plus le besoin d’être territoriaux », explique-t-il.

La SPA invite « toute personne intéressée par le sort des animaux » à une séance d’information publique, aujourd’hui, à 13 h 30. La rencontre a lieu dans la salle Miro-Morisot, à l’Hôtel Québec, à Sainte-Foy.