/news/politics
Navigation

Proche de la mafia montréalaise, l’organisatrice du PLC Karine Desjardins démissionne

Elle est en affaires avec un proche de la mafia

Proche de la mafia montréalaise, l’organisatrice du PLC Karine Desjardins démissionne
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | La proximité entre une organisatrice du Parti libéral du Canada, qui a démissionné mercredi, et un proche de la mafia contribuera au cynisme de la population envers la classe politique, se désolent des élus fédéraux de tous les partis.

Karine Desjardins a quitté l’organisation du Parti libéral du Canada (PLC) dans Belœil-Chambly peu après que notre Bureau d’enquête ait révélé ses liens d’affaires avec un proche du crime organisé. Elle était aussi candidate pour Justin Trudeau en 2015 dans cette circonscription de la Montérégie.

Inquiétant

« Ce genre de situation là me préoccupe, quel que soit le parti politique, a réagi le député libéral de Montarville, Michel Picard. Ça m’inquiète toujours d’avoir une proximité avec un milieu indésirable. »

Notre Bureau d’enquête a découvert que Mme Desjardins fait des affaires avec Michael Strizzi, un proche de l’ancien parrain de la mafia Vito Rizzuto qui était fiché notamment par la commission Charbonneau.

L’adversaire de Mme Desjardins en 2015, l’actuel député du Nouveau Parti démocratique Matthew Dubé, s’est dit « sérieusement préoccupé » par cette relation.

« Quand on voit ce genre de liens là, qu’on a déjà vus chez certains partis politiques, particulièrement le Parti libéral, ça augmente le cynisme dans la population. »

Pas de commentaire

« C’est toute la classe politique qui est ciblée par les situations malodorantes comme celle-ci », a ajouté le député conservateur Gérard Deltell.

Le bureau de Justin Trudeau n’a pas souhaité commenter. Dans un courriel, le PLC a indiqué que Karine Desjardins était bénévole et élue comme présidente de manière transparente.

Mme Desjardins n’a pas rendu les appels du Journal, mercredi.