/sports/others
Navigation

Pas de répit pour Jimmy Pelletier

En plus de préparer sa randonnée annuelle, l’athlète paralympique mijote un gros projet pour 2019

Jimmy Pelletier (en bas à droite) était accompagné de plusieurs de ses partenaires mercredi pour dévoiler les grandes lignes de la Randonnée Jimmy Pelletier, dont P-A Méthot et Dean Bergeron.
Photo Kevin Dubé Jimmy Pelletier (en bas à droite) était accompagné de plusieurs de ses partenaires mercredi pour dévoiler les grandes lignes de la Randonnée Jimmy Pelletier, dont P-A Méthot et Dean Bergeron.

Coup d'oeil sur cet article

Jimmy Pelletier ne s’arrête jamais. Fraîchement revenu de Tanzanie où il a réalisé l’impossible en effectuant l’ascension du Kilimandjaro en chaise adaptée, l’athlète paralympique prépare déjà la quatrième édition de la randonnée portant son nom, en plus de plancher sur un projet « encore plus gros que le Kilimandjaro » prévu pour 2019.

Les derniers jours n’ont pas été de tout repos pour celui qui a atteint le sommet de l’Afrique le 24 mai dernier. Non seulement il a été présent sur plusieurs tribunes médiatiques depuis son retour, mais il a également finalisé la préparation de la Randonnée Jimmy Pelletier qui, cette année, débutera le 28 juin au Patro de Jonquière et se terminera au Patro Roc-Amadour de Québec, le 2 juillet, vers 14 h.

« Les derniers jours ont été chargés. Les gens sont intéressés par mon aventure. Là, je redescends de mon adrénaline et je réalise l’ampleur de ce que j’ai fait. Là, on tourne la page et on se concentre sur la Randonnée », a-t-il mentionné, mercredi, lors du dévoilement des grandes lignes de la quatrième édition de son événement.

GROS PROJET EN VUE

Lors d’un entretien avec Le Journal peu de temps après son arrivée au Québec, Jimmy Pelletier avait mentionné que le genre d’expérience qu’il avait vécue au Kilimandjaro, c’était terminé pour lui. Les ascensions de ce genre, en vélo de montagne, c’était chose du passé.

Par contre, le vélo de route demeure dans ses plans, et il planche déjà sur un projet qui, à ses yeux, sera encore plus important que ce qu’il a accompli il y a quelques semaines.

Il en dévoilera les grandes lignes au cours des prochains mois.

VAGUE D’AMOUR

L’exploit de Pelletier – et ce qu’il fait en général pour les causes qu’il soutient – n’est d’ailleurs pas passé inaperçu, et certains de ses collaborateurs de la Randonnée ont tenu à le lui faire savoir, mercredi.

Parmi eux, l’humoriste P-A Méthot, qui agit à titre d’invité d’honneur de l’événement, a réussi à soutirer quelques larmes à l’athlète paralympique, par un hommage fort touchant.

« Je ne te dis même pas bravo, je remercie la vie que des gens comme toi existent. En plus des efforts physiques et psychologiques, les amis qui t’accompagnent et tout ça, à la base, ça prend quelqu’un qui a un cœur excessivement gros et qui veut non seulement se dépasser, mais aller au bout des choses. C’est à toi ça, c’était à toi le Kilimandjaro. On va retrouver le premier qui l’a fait et on va lui parler dans le casque. Pour tous les gens qui ne te connaissent pas, ils ne savent pas à quel point tu es une inspiration pour beaucoup de gens. Je me compte choyé de t’avoir dans ma vie. Pas parce que tu montes le Kilimandjaro, mais parce que tu es Jimmy Pelletier. »

Dean Bergeron, qui est ambassadeur pour la Randonnée, a également eu de bons mots pour Pelletier, qui s’est dit surpris et ému.

« Je sais que ce que j’ai fait, c’est surhumain. Mais je suis moi-même. Je ne suis pas une vedette. Je suis content de ce que j’ai fait, mais quand tu te fais dire ça par des personnes importantes, ça fait wow ! »

Un parcours modifié

Contrairement aux années passées, la Randonnée Jimmy Pelletier se terminera à Québec plutôt que d’y débuter.

Au total, 80 cyclistes prendront part à la Randonnée dans l’objectif de ramasser 175 000 $ servant à soutenir deux organismes de la grande région de Québec, soit le Patro Roc-Amadour et Adaptavie.

Les participants prendront le départ le 28 juin au Patro de Jonquière pour la première étape, qui les mènera à Dolbeau-Mistassini. Ils passeront ensuite par Chambord, Shawinigan et Trois-Rivières, avant d’arriver à Québec, au terme d’un périple de 620 km, le 2 juillet.

L’arrivée, prévue pour 14 h, se fera d’ailleurs sous forme de fête familiale. Les gens sont invités à arriver au Patro Roc-Amadour dès 10 h 15, car des activités y seront organisées.

ESPRIT DE FAMILLE

Même si son événement grandit chaque année, Jimmy Pelletier n’a pas nécessairement l’intention de lui faire prendre des proportions énormes. Pour lui, il est important que la Randonnée demeure un événement où l’esprit de famille est à l’avant-plan.

« Cette année, il va y avoir 80 cyclistes, et je ne veux pas trop grossir. Plus on est, plus on dirait qu’on se perd un peu là-dedans. Je veux qu’on reste regroupé et qu’on vive le moment présent ensemble. »

D’ailleurs, même s’il revient du Kilimandjaro, ne croyez pas que Pelletier ne sera pas à 100 % de sa forme pour parcourir les 620 km entre Jonquière et Québec.

« Je suis déjà en shape, je me sens super bien. Le Kilimandjaro, c’est différent, on était à l’extérieur du pays et un petit groupe. Avec la gang de la randonnée, l’énergie va être incroyable. »