/opinion/columnists
Navigation

Du Sierra à la F1

Coup d'oeil sur cet article

Même sur mon vieux pick-up de 2004, le volant étonne avec ses fonctions multiples.

Le volume de la radio, changement de station, vérification du kilométrage avant un plein d’essence, le régulateur de vitesse, etc.

Tout ça vient de la technologie développée sur les formules 1 d’autrefois. Mais aujourd’hui, le volant de ces bolides dépasse l’imagination.

D’abord, il n’est plus rond, mais rectangulaire et regroupe dans un tout petit espace une vingtaine de boutons d’opération ou de cadrans d’informations, sans compter les palettes de changement de vitesse.

D’un seul coup d’œil, le pilote sait quel est le mélange air-essence du moteur, le nombre de tours qu’il a effectués, quel a été son meilleur temps ainsi que la température de chacun des organes de la machine. Tout ça entre ses deux pouces sur un volant qui a été dessiné et moulé précisément en fonction de la taille de ses mains gantées.

Il a même un bouton de pompe à boisson amenée par une paille jusqu’à sa bouche.

Aurons-nous ça un jour sur nos bagnoles ?

ÇA ARRÊTE

L’accélération de ces bolides à sept vitesses est formidable, mais encore plus renversant, c’est le freinage au carbone.

Une F1 peut passer de 300 km/h à un arrêt complet en trois secondes et demie.

Si elle roule à 100 km/h, il lui faut seulement 17 mètres (un peu plus de 50 pieds) pour s’immobiliser totalement.

Là, on est loin de mon Sierra.

À noter qu’une F1 n’a pas de clignotants, pas de klaxon et pas de cendrier, et, si jamais j’engraisse de quelques kilos, je n’ai pas besoin de le dire à mon mécanicien.

DÉGUIDINE

  • L’instructeur de ski Bertrand Charest est en train d’apprendre ce qu’est vraiment une descente.
  • Les gens de Ferrari adorent Montréal. Ce soir, ils seront au match des Blue Jays.
  • Tout évolue. Aujourd’hui, grâce au recyclage, tout le monde a son bac.
  • Les pilotes sont arrivés et ils ont des fourmis dans les jantes.
  • Nouvelle expression : « Rien pour texter à sa mère. »

À DEMAIN

Je serai au Grand Prix en fin de semaine et pas loin de Torto. Comme ça, je saurai tout.