/news/politics
Navigation

Sommet du G7: niveau d’alerte jugé «très bas» à La Malbaie

L’hôtel de ville a été transformé en centre des mesures d’urgence

Le niveau d’alerte était jugé «très bas» par les autorités municipales de La Malbaie, jeudi matin, quelques heures avant l’arrivée des premiers dignitaires du G7 dans la région.
Photo Pascal Huot, Agence QMI Le niveau d’alerte était jugé «très bas» par les autorités municipales de La Malbaie, jeudi matin, quelques heures avant l’arrivée des premiers dignitaires du G7 dans la région.

Coup d'oeil sur cet article

Le niveau d’alerte était jugé «très bas» par les autorités municipales de La Malbaie, jeudi matin, quelques heures avant l’arrivée des premiers dignitaires du G7 dans la région.

Le maire de la municipalité, Michel Couturier, a rencontré les médias à 11 h pour les informer des derniers préparatifs à la veille du sommet international.

«Le niveau d’alerte à La Malbaie est très bas, selon les informations que l’on a. [...] Pour ce qui est des manifestations, le niveau d’alerte est très bas ici. Tout se passe très bien et, dans les villes voisines, je pense que les choses se passent bien aussi», a indiqué le maire.

L’hôtel de ville de La Malbaie a été transformé en centre des mesures d’urgence pour veiller à la sécurité des citoyens pendant la durée de l’événement. Selon M. Couturier, une multitude de scénarios ont été étudiés et simulés afin de prévenir toute éventualité, du déversement de matières dangereuses à la nécessité d’évacuer des résidents.

Le centre d’opération accueille des effectifs du ministère de la Sécurité publique, d’Urgence Québec, du ministère des Transports, du ministère de l’Environnement, du CIUSSS de la Capitale-Nationale et de la Sûreté du Québec.

Une ligne téléphonique accessible à toute heure du jour ou de la nuit a été mise à la disposition des citoyens, qui peuvent aussi se présenter en personne au Complexe sportif de La Malbaie pour obtenir des renseignements.

Sécurité omniprésente

À quelques heures de l’événement, les effectifs rattachés à la sécurité du sommet sont toujours aussi présents dans les rues de la municipalité charlevoisienne. La Sûreté du Québec (SQ) veille à la protection du périmètre à circulation restreinte d’une vingtaine de kilomètres, la «zone verte», alors que la Gendarmerie royale du Canda (GRC) assure l’étanchéité de la «zone rouge» qui ceinture le Manoir Richelieu.

Le maire Couturier se montre satisfait de la gestion de la sécurité par les autorités provinciales et fédérales. «Tout se déroule très, très bien et les citoyens de La Malbaie peuvent circuler où ils veulent librement», a-t-il assuré.

M. Couturier et le préfet de Charlevoix se trouveront cet après-midi au Manoir Richelieu pour accueillir les premiers dignitaires. Le maire de La Malbaie prévoit aussi de s’entretenir avec le premier ministre Justin Trudeau pendant quelques minutes.

Plus tôt, une poignée d’opposants au G7 se sont affichés dans la «zone de libre expression» située en bordure du périmètre de sécurité.

Les représentants du «Conseil des Canadiens» et le groupe ATTAC-Québec ont dénoncé le caractère antidémocratique du sommet, selon eux, puisqu’il ne représente pas l’ensemble des pays de la planète. Ils ont également affirmé que les politiques des pays membres sont responsables de l’accroissement des inégalités sociales.