/sacchips/inmybag
Navigation

C’est la journée des meilleurs amis: #girlsquad et plus encore

Riverdale
Photo courtoisie VRAK

Coup d'oeil sur cet article

Dans mon agenda, en date du 8 juin, on annonçait une fête que je ne connaissais pas: la journée des meilleurs amis. Cette célébration est soulignée chaque année, aux États-Unis, avec désinvolture, comme la journée de la Terre ou la journée de la pizza sans pepperoni.

Opportuniste, j’ai quand même saisi l’occasion pour vous raconter des histoires de meilleurs amis. Mon amoureux a perdu le sien au mois de décembre dernier, mort d’un cancer qu’il avait caché à tous sauf à mon amoureux et à sa famille rapprochée. Il passe encore des soirées à écouter la musique qu’il écoutait avec Chiheb, et tous les matins, il pense à lui. Je ne peux rien faire contre cette tristesse et cette dévotion. Mais je comprends.

Parce que certaines amitiés sont plus marquantes que d’autres, en voilà des spécialement inspirantes.

Sylvia Rivera et Marsha P. Johnson

Sylvia Rivera avait été abandonnée par son père et élevée par sa grand-mère depuis le suicide de sa mère, alors qu’elle n’avait que trois ans. À l’âge de 11 ans, en 1962, Rivera s’est retrouvée à la rue. Les drag queens l’ont accueillie comme l’une des leurs.

Rivera et Johnson se sont rencontré un soir d’Halloween en 1963. Une drag queen avait tenté de retirer à Johnson sa perruque et Johnson l’avait battue. Après, Johnson avait invité Rivera à manger avec elle. La générosité de Johnson était reconnue par tous : elle était vue comme une sainte dans la communauté LGBT de New York.

Juin est le mois de la Fierté et si la diversité est autant à l’honneur, c’est grâce en partie à ces deux travailleuses du sexe trans et racisées..

Paris Hilton et Nicole Richie

Des héroïnes de téléréalité, célèbres pour leur bronzage, leur complicité et leur ignorance de ce qu’est Walmart (« C’est un magasin qui vend des murs? »). Elles ne sont malheureusement plus amies, depuis que Nicole aurait projeté, lors d’un party, le vidéo porno de Paris, dans lequel celle-ci minaude longtemps devant un miroir (c’est ce dont je me souviens de plus extravagant).

Toni Morrison et James Baldwin

Deux écrivains au talent et à l’influence énorme – pas seulement grâce à Oprah Winfrey qui avait encensé les romans de Morrison dans son talk-show - , qui ont fait connaissance alors que Toni Morrison était éditrice et voulait négocier un contrat de publication avec James Baldwin. Aucun contrat n’a été signé au final, mais une grande histoire d’amitié était née. Courageux, les deux auteurs, dans leurs écrits, ont confronté le racisme américain, la discrimination, les disparités sociales et l’homophobie. Baldwin a déjà écrit que si l’Histoire n’avait longtemps été que blanche, « elle n’était et ne serait plus blanche désormais. » Grâce, entre autres, à ces voix qui s’élevaient, portées par la passion des deux auteurs.

Quand Baldwin est mort, Morrison, gagnante du prix Nobel de littérature en 1993, lui a écrit un hommage incroyablement émouvant. « Comme beaucoup d’entre nous encore ici, je pensais que je te connaissais. Maintenant je découvre qu’en ta compagnie c’était moi que je connaissais. Voilà l’étonnant cadeau de ton art et de ton amitié : tu nous as donnés nous-mêmes à observer, à chérir. »

Anne Bonny et Mary Read

Quand Anne est née, en 1698, son père, qui avait engrossé sa servante, a raconté qu’elle était en fait le fils d’un proche. Dès l’âge de 12 ans, Anne s’occupait de la maison et de la plantation achetée par son père. Elle avait aussi déjà battu un garçon qui avait tenté de l’agresser sexuellement. À 20 ans, elle s’est mariée, ne voulant pas profiter des esclaves de son père. Déshéritée, la jeune femme quitta l’Irlande pour les Bahamas et y tomba sous le charme du pirate Jack Rackam.

Quittant mari et vie sédentaire, Anne avait décidé de se rendre sur le bateau de Rackam. Elle y rencontra Mary, une pirate, habituée à se déguiser en homme, car sa mère l’avait fait passer pour son frère, mort. Après avoir connu l’armée et le mariage, être pirate était la chance ultime pour Mary de connaître enfin la liberté.  Les deux filles ont connecté immédiatement, tellement que Jack Rackam menaça de couper la gorge de Mary si leur amitié ne restait pas chaste.

Marilyn Monroe
Riverdale
AFP

 

Marilyn Monroe et Ella Fitzgerald

Quand le gérant du club Mocambo à Hollywood a refusé d’engager Ella Fitzgerald, en 1955, car il craignait qu’elle n’attire pas les foules, pour cause de ségrégation raciale, Marilyn Monroe a dit qu’elle promettait de réserver une table au premier rang tous les soirs si Fitzgerald avait un contrat.

Les journalistes et photographes, toujours aux trousses de Marilyn, sont allés voir le spectacle. Un succès. Ella raconte qu’elle doit le début de sa gloire à Marilyn, grâce à qui elle n’a jamais joué dans un petit club de jazz après.  

Les héroïnes fictives de Sexe à New York

Parce qu’elles se disaient tout et se supportaient, peu importe les épreuves, que ce soit le cancer de Samantha, les peines d’amour ou le goût étrange des Long Island Iced Tea pendant un concours de pompiers de calendrier.

Une fois mon amoureux a dit qu’il aurait préféré que ce soit lui, qui ne soit plus là. C’était son meilleur ami et il est parti. Une petite pensée pour vos amis, aujourd’hui, ou un petit cœur en emoticon dans un message Facebook. Chérissez-les.

 

 

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.