/news/politics
Navigation

Est-du-Québec: Vives réactions à la position sur l'énergie éolienne de la CAQ

Éolienne
Photo les archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les réactions sont toujours aussi vives dans l'Est-du-Québec à la suite de la motion déposée par la Coalition avenir Québec (CAQ) contre le développement du projet éolien Apuiat à Port-Cartier, sur la Côte-Nord. Les élus municipaux et les gens d'affaires s'en prennent à la position du chef François Legault.

Plusieurs ont été surpris de cette sortie du chef de la CAQ et considèrent cette sortie comme «une attaque contre les régions du Québec». Les gens d'affaires de Port-Cartier ont d'ailleurs vivement réagi.

Selon François Legaut, le gouvernement s'apprête à obliger Hydro-Québec à acheter les 200 mégawatts d'électricité qui seraient produits par ce parc éolien de la Côte-Nord, alors que la société d'État n'en a pas besoin.

La Chambre de commerce de Port-Cartier croit que le chef de la CAQ est mal informé dans ce dossier. Selon son président, c'est la première fois que neuf communautés autochtones s'unissent pour faire un projet économique.

Michel Gignac invite François Legault à venir à Port-Cartier rencontrer les intervenants de la région pour échanger sur les enjeux liés au projet éolien qui, selon lui, n'est pas en train de dérailler.

«Je ne vois pas que le projet s’en [va] pour dérailler. C’est Monsieur Legault qui n’est pas conscient des gestes qu’il pose présentement et qui met même en danger son élan politique», a dit Michel Gignac, président de la Chambre de commerce de Port-Cartier.

Le maire de Matane a écrit au chef de la Coalition avenir Québec. Jérôme Landry a été surpris de cette sortie de la CAQ. Il croit que la filière éolienne a été très bénéfique pour le Québec.

«Il est évident que la filière éolienne a su générer des retombées économiques majeures en région. Votre vision incomplète [...] met en péril la filière des énergies renouvelables et nos entreprises manufacturières», écrit-il dans sa lettre.

Pour lui, l'attaque de la CAQ sur un projet spécifique est difficile à accepter.

«C’est sûr que Matane comme ville manufacturière, on a deux entreprises Enercon et Marmen. Écoutez, on a besoin de ce projet-là pour nos entreprises. Que cette attaque se fasse en juin, à quelques semaines de la campagne électorale, on trouve cela ordinaire», a dit Jérôme Landry en entrevue à TVA Nouvelles.

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, met au défi François Legault de venir expliquer sa position sur la filière éolienne devant des travailleurs de Marmen à Matane en sa présence.

La CAQ maintient sa position, car il faut éviter, selon le parti, de refiler la facture à l'ensemble des Québécois pour ce projet. La formation politique affirme continuer d’être «à l’écoute des régions du Québec pour assurer leur développement».