/sacchips/zoneassnat
Navigation

[VIDÉO] Vivez la dernière journée à l'Assemblée nationale du doyen François Gendron

Coup d'oeil sur cet article

À 73 ans, François Gendron est le doyen de l’Assemblée nationale. Élu pour la première fois en 1976 avec le gouvernement de René Lévesque, il cumule 42 ans de vie politique. Celui qui détient le record canadien de longévité comme élu nous a permis de vivre avec lui ses derniers moments à l’Assemblée nationale.

Il nous a d’abord donné rendez-vous au «Mini-débat», le café du parlement, où il déjeune chaque matin à la même table. Le député d’Abitibi-Ouest nous a alors dressé le portrait de cette journée haute en émotions qu’il s’apprêtait à vivre, tout en étant interrompu à quelques reprises par des députés (tous partis confondus), qui étaient nombreux à vouloir lui serrer la pince une dernière fois.

Au cours de cette journée fertile en émotions, le député nous a permis de le suivre dans les coulisses de l’Assemblée nationale, du caucus du parti à l’antichambre de l’opposition officielle, où il s’est ouvert sur de nombreux moments qui ont marqué sa carrière politique. Ayant siégé pendant 42 ans à Québec, François Gendron a occupé à peu près tous les postes qu’un député peut obtenir au parlement... sauf celui de premier ministre! 

En plus d’être nommé 11 fois ministre, il a aussi assumé l’intérim du Parti québécois, à la suite de la démission d’André Boisclair en 2007. Il assume avec humilité qu’il n’aurait pas eu la personnalité (ni la santé) pour devenir premier ministre.

En effet, au cours de cet entretien, le politicien s’est ouvert, pour l’une des premières fois publiquement, sur les ennuis de santé qui l’ont grandement affecté alors qu’il était ministre dans les années 80, lui causant de nombreuses crises qui l’ont mené plusieurs fois aux urgences. En effet, François Gendron a souffert d’une maladie psychosomatique qui a nécessité l’intervention de psychologues, de psychiatres en plus d’une médicamentation.

Bien qu’il se retire de la vie politique, François Gendron demeure vice-président de l’Assemblée nationale jusqu’à ce qu’un nouveau président et un vice-président soient nommés l’automne prochain. La véritable retraite n’est donc pas pour tout de suite...