/investigations/sptrades
Navigation

Des avantages à la hausse

Grève illégale des  Grutiers
Photo Ben Pelosse Les grues du futur pont Champlain étaient toutes inanimées encore hier.

Coup d'oeil sur cet article

Les grutiers, très en demande à cause des nombreux chantiers en cours, comme le pont Champlain et l’échangeur Turcot, ont obtenu certaines conditions de travail extrêmement avantageuses, dont certaines hors de la convention collective. Notre Bureau d’enquête a appris qu’ils bénéficient entre autres des avantages suivants:

► Une heure pour monter dans la grue

Certains grutiers réclament une heure supplémentaire pour monter et descendre de la grue, une pratique qui était davantage répandue il y a quelques années. Or, pour monter dans une grue, il ne faut habituellement qu’une dizaine de minutes. Dans le cas des grues plus imposantes, un monte-charge permet de faciliter les déplacements. Des travailleurs vont demander que cette heure soit payée en heure supplémentaire, et donc à un taux horaire plus élevé.

► 9 heures payées en cas de pluie

Les grutiers sont censés obtenir une compensation correspondant à deux heures de travail lorsque le chantier est arrêté en raison des intempéries. Cette rémunération s’ajoute aux heures déjà travaillées dans la journée. Or, sur le chantier du pont Champlain, les grutiers ont obtenu une compensation équivalente à une journée de neuf heures, même s’ils ne manoeuvrent rien. Ils doivent toutefois demeurer sur place.

► Déplacements payés

Même s’ils ne travaillent qu’à quelques kilomètres de leur maison, plusieurs grutiers réclament des frais de pension ou de déplacements. Ces frais servent normalement à payer l’hôtel et le kilométrage des grutiers qui travaillent loin de chez eux.

Ainsi, un travailleur de la Rive-Sud va parfois réclamer des frais de déplacement lorsqu’il travaille à Montréal. La convention prévoit pourtant que ces frais ne s’appliquent qu’à partir de 48 kilomètres du domicile ou du bureau de l’employeur. Dans le cas de la pension, la convention prévoit que le coût est d’environ 140 $ par nuit.

Ces frais peuvent aussi s’appliquer à l’intérieur d’un rayon de 120 kilomètres si l’employeur le demande et que l’employé accepte. Ces avantages non imposables peuvent représenter jusqu’à quelques centaines de dollars par semaine.