/news/provincial
Navigation

[PHOTOS] Ces 27 municipalités formaient la Ville de Québec en 1960

Coup d'oeil sur cet article

Le 1er janvier 2002, une nouvelle ville de Québec voyait le jour à la suite d'une grande fusion imposée par le gouvernement provincial.

Quatre ans plus tard, à la suite d'un référendum, les citoyens des villes de L'Ancienne-Lorette et de Saint-Augustin-de-Desmaures décidaient de se reconstituer en municipalités autonomes.

Comment sont donc apparues toutes ces municipalités autour de la ville-mère de Québec qui les a englobées?

Pour vous donner une idée, voici les 27 municipalités qui, en 1960, formaient l'actuel territoire de la Ville de Québec : 

  • Beauport
  • Beauport-Ouest
  • Bélair
  • Charlesbourg
  • Charlesbourg-Est
  • Charlesbourg-Ouest
  • Château-d'eau
  • Courville
  • Giffard
  • Lac-Saint-Charles
  • Les Saules
  • Loretteville
  • Montmorency
  • Neufchâtel
  • Notre-Dame-des-Laurentides
  • Orsainville
  • Petite-Rivière
  • Québec
  • Québec-Ouest
  • Saint-Émile
  • Saint-Félix-du-Cap-Rouge
  • Saint-Michel-Archange
  • Sainte-Foy
  • Sainte-Thérèse-de-Lisieux
  • Sillery
  • Val-Saint-Michel
  • Villeneuve

Québec, une ville de fusions

Lorsque le 3 juillet 1608, Samuel de Champlain débarque à l'endroit où allait naître et grandir Québec, il s'installe au pied du Cap-aux-Diamants où il construit son habitation. En 1620, il monte au sommet de la falaise et érige le fort Saint-Louis. C'est autour de celui-ci que les communautés religieuses s'établissent et que les habitants vont construire leurs demeures. Au fil du temps, ce noyau urbain va rayonner vers l'ouest. En 1833, la ville de Québec est légalement constituée en municipalité.

Hôtel de ville de Québec vers 1898, BAnQ, Fonds J. E. Livernois Ltée.
Hôtel de ville de Québec vers 1898, BAnQ, Fonds J. E. Livernois Ltée.

C'est avec l'Acte constitutionnel de 1791 qu'on fixe les premières limites de la ville de Québec. Au sud, à l'est et au nord, on retrouve des limites naturelles, soit le fleuve Saint-Laurent et la rivière Saint-Charles. Pour ce qui est de la limite ouest, on trace une ligne droite à partir de l'Hôpital Général, en bordure de la rivière. Cette ligne suit l'axe de la rue Saint-Ours (aujourd'hui le boulevard Langelier) jusqu'à la haute-ville où elle passe en diagonal entre les actuelles avenues De Salaberry et Cartier, puis traverse les plaines jusqu'au fleuve. Au-delà de cette ligne, on était dans ce qu'on appelait alors la banlieue. 

Les églises de Charlesbourg en 1830 depuis le chemin de Saint-Joseph, James Pattison Cockburn.
Les églises de Charlesbourg en 1830 depuis le chemin de Saint-Joseph, James Pattison Cockburn.
Couvercle de regard de l'ancienne municipalité de la Petite-Rivière en place près de la porte Kent, J.F. Caron.
Couvercle de regard de l'ancienne municipalité de la Petite-Rivière en place près de la porte Kent, J.F. Caron.

Beaucoup de gens vont s'installer dans cette banlieue ou encore au nord de la rivière Saint-Charles, soit parce qu'il n'y a plus de terrain de disponible, soit pour éviter de payer des taxes à la Ville de Québec. Il se formera donc des agglomérations assez importantes qui se constitueront en municipalité pour s'offrir des services communs essentiels. On verra ainsi apparaître Saint-Sauveur en 1872, Limoilou en 1893 et Montcalm en 1908, pour ne nommer que celles-là.

La vieille école du village d'Heddleyville en 1899 située sur la rue Anderson, aujourd'hui la 3e rue du quartier Limoilou, Archives des Sœurs Servantes du Saint-Cœur de Marie.
La vieille école du village d'Heddleyville en 1899 située sur la rue Anderson, aujourd'hui la 3e rue du quartier Limoilou, Archives des Sœurs Servantes du Saint-Cœur de Marie.
Incendie du village de Saint-Sauveur en 1866, Jules B. Livernois, Bibliothèque et Archives Canada.
Incendie du village de Saint-Sauveur en 1866, Jules B. Livernois, Bibliothèque et Archives Canada.

En périphérie, sous le Régime français, on avait distribué des seigneuries qui vont donner naissance à des villages. Ils deviendront la banlieue, au sens où on l'entend aujourd'hui. Ainsi apparaîtront les villages de Beauport, Charlesbourg, Sillery et Sainte-Foy qui seront tous incorporés en 1855. Le même phénomène se produira autour de ces bourgs et plusieurs villages satellites apparaîtront à leur tour, comme par exemple Giffard, Courville ou Loretteville.

Pont Reid sur la rivière Saint-Charles à Château d'Eau en 1848, commémorant Joachim Reid, premier maire de cette municipalité, Olivier Desjardins, BAnQ.
Pont Reid sur la rivière Saint-Charles à Château d'Eau en 1848, commémorant Joachim Reid, premier maire de cette municipalité, Olivier Desjardins, BAnQ.
Église Sainte-Anne de Val-Saint-Michel, aujourd'hui quartier Val-Bélair, École d'architecture de l'Université Laval.
Église Sainte-Anne de Val-Saint-Michel, aujourd'hui quartier Val-Bélair, École d'architecture de l'Université Laval.

L'administration des services d'une ville coûte très cher. Pour rationaliser, économiser et améliorer ces services, on va procéder régulièrement à des fusions municipales qui en réjouiront plusieurs, mais qui soulèveront également la hargne des plus chauvins très attachés à leur patelin.

Plan d'assurances de 1942 sur lequel on aperçoit la municipalité de Saint-Michel-Archange et le village de Giffard, BAnQ.
Plan d'assurances de 1942 sur lequel on aperçoit la municipalité de Saint-Michel-Archange et le village de Giffard, BAnQ.

Les fusions avec Québec débuteront en 1889 avec Saint-Sauveur et se poursuivront en 1908 avec Saint-Malo, en 1909 avec Limoilou et en 1913 avec Montcalm. Entre 1970 et 1973, ce sont Duberger, Les Saules, Neufchâtel et Charlesbourg-Ouest qui se joignent à la capitale. Enfin, en 1976 seront créées les grandes villes de Beauport et Charlesbourg qui engloberont les petites municipalités limitrophes.

Poste de pompier de la municipalité de Courville en 1944, aujourd'hui dans l'arrondissement de Beauport, Ernest Lavigne, BAnQ.
Poste de pompier de la municipalité de Courville en 1944, aujourd'hui dans l'arrondissement de Beauport, Ernest Lavigne, BAnQ.

Aujourd'hui, exception faite des villes de Saint-Augustin-de-Desmaures et de L'Ancienne-Lorette, il existe deux municipalités qui ont échappé à la grande fusion de 2002, soit Notre-Dame-des-Anges, qui englobe le territoire de l'Hôpital-Général de Québec, et Wendake, la réserve Huronne-Wendat.

Hôtel de ville de Sainte-Foy construit dans la controverse en 1996 par la mairesse Boucher. Il est depuis surnommé le Taj Mahal.
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés
Hôtel de ville de Sainte-Foy construit dans la controverse en 1996 par la mairesse Boucher. Il est depuis surnommé le Taj Mahal.

Pour voir en détails toutes les fusions ayant conduit à la création de la grande ville actuelle, vous pouvez cliquez ici ou voir la généalogie de la Ville de Québec ci-dessous : 


Un texte de Jean-François Caron, Société historique de Québec


Vous pouvez consulter la page Facebook de la Société historique de Québec en cliquant ici et le site web en vous rendant ici.