/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le vrai message du manteau de Melania Trump

'I really don't care': Melania Trump jackets stuns on migrant visit
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Hier, la première dame des États-Unis est allée visiter la frontière sud. Le message imprimé sur le dos de son manteau à son départ de Washington: «Je m’en fiche complètement. Et vous?» Que faut-il retenir de cet épisode surréaliste? Un geste politique calculé de l’équipe Trump, rien de plus.

Cet épisode du manteau de Mme Trump a déclenché une tempête dans les médias sociaux (et les médias tout court) hier. Bien sûr, c’est une tempête dans un verre d’eau, car que peut-il y avoir de moins important que les choix vestimentaires de la femme de président la moins articulée et la plus isolée des affaires de son mari de l’ère moderne? La porte-parole de madame Trump s’est empressée de souligner qu’il n’y avait aucun message caché et qu’il ne fallait donc pas y interpréter quoi que ce soit.

Pourtant, on ne porte pas un manteau en plein soleil par une température de 27 degrés sans avoir une idée derrière la tête. Melania Trump est un ancien mannequin de mode et ses choix vestimentaires ne sont jamais irréfléchis. Dans ce cas-ci, elle a sans doute eu un coup de pouce de quelques conseillers politiques de l’ombre, car c’était un choix tout à fait aligné avec la stratégie politique de son mari. À mon avis, ce choix était calculé et il a atteint au moins deux buts politiques non négligeables pour l’administration Trump.

D’abord, on reconnaît là la touche du grand maître de la distraction, Donald Trump, qui venait tout juste, mercredi, de signer un décret supposé prévenir la séparation des familles à la frontière. Comme je l’expliquais dans mon dernier billet, ce décret est plein de trous et hier, alors que la presse aurait dû en principe concentrer sa couverture sur les problèmes liés à ce décret, une bonne partie de l'attention était plutôt dirigée vers un événement sans conséquence. Pendant ce temps, les vraies affaires se font dans l’ombre et c’est tant mieux pour le président et ses proches (parlez-en entre autres au secrétaire au Commerce Wilbur Ross).

Mais pourquoi alors porter un message qui, si on le prend à sa face même, est si offensant? Justement parce que les seuls qui peuvent conclure que madame Trump se fiche complètement du sort des familles de migrants sont les adversaires politiques de son mari. Ainsi, les commentaires critiques ne peuvent être perçus par les partisans de Trump que comme des attaques mesquines contre la première dame. On resserre les rangs pour défendre l’inoffensive Melania et on passe à l’attaque contre les cibles habituelles, soit les «médias bidon» et les démocrates.  Au centre de cette attaque en règle, bien sûr, il y a eu un tweet de Donald Trump lui-même, qui laisse peu de doute sur la satisfaction qu'il a éprouvée en constatant que cet épisode s'est déroulé exactement comme il l'aurait souhaité.

Si les opposants à Trump déchirent leur chemise pour condamner un personnage intouchable comme la première dame, il est très facile pour les partisans du président d’interpréter leur réaction comme de la mauvaise foi évidente et de rassembler les troupes à la défense de celle-ci. De plus, comme la crise de la séparation des familles de migrants a coûté beaucoup d’appuis à Trump parmi les femmes, il n’est pas innocent que les premières à s’indigner de ces attaques contre Melania seront les femmes qui conservent un préjugé favorable à son endroit.

Alors, en fin de compte, est-ce vrai que Melania Trump se fiche complètement du sort des familles de migrants à la frontière? Si vous voulez mon humble avis—et je n’ai malheureusement pas de vêtements disponibles pour l’exprimer avec le même panache qu’elle—je m’en fiche complètement. Et vous?

* * *

Pierre Martin est professeur de science politique à l’Université de Montréal et directeur de la Chaire d’études politiques et économiques américaines au CÉRIUM. On peut le suivre sur Twitter: @PMartin_UdeM