/opinion/columnists
Navigation

Vigicarotte

Coup d'oeil sur cet article

Et si on vous donnait un cadeau parce que vous êtes sortis en boîte, mais que vous n’avez pas touché à une goutte d’alcool comme chauffeur désigné. Pas un porte-clés avec vos initiales ou un crayon à « spring ». Un vrai beau cadeau. C’est ce que fait le plan Vigicarotte, en France, et les « raccompagnateurs » quittent le party avec environ 150 euros de bons d’achat divers.

Vigicarotte installe son kiosque dans les discothèques, événements ou festivals les plus branchés et lorsque les fêtards arrivent, le conducteur désigné va voir les représentants, leur donne son permis de conduire qu’il viendra récupérer en fin de soirée tout en passant l’alcotest. Si tout est beau, il ramasse aussi les cadeaux.

Le programme s’adresse aux jeunes de 18 à 24 ans, qui représentent 20 % de la mortalité routière en France. Vigicarotte existe depuis 15 ans, et depuis on estime qu’environ 300 000 personnes ont été raccompagnées par un conducteur sobre.

Bonne nouvelle

Je me demande si Vigicarotte fonctionnerait chez nous avec ses jolis cadeaux. On a beau chialer contre la réglementation de plus en plus sévère et les flics qui se cachent dans le blé d’Inde pour nous intercepter, mais il reste que depuis 40 ans, les chiffres sont renversants. En 1976, il y a eu 1589 morts sur nos routes. L’an passé, 351. Il y a quelqu’un qui fait une bonne job quelque part. Ce qui est encore plus impressionnant, c’est qu’en 76, il y avait deux fois moins de véhicules en circulation dans la province. Quand on s’améliore, faut le dire.

Pour la route

  • Quand ça pue, les nausées abondent.
  • Ne dérangez pas la vache qui a les yeux fermés au milieu du champ. Elle fait du lait concentré.
  • La fin d’un appel conférence de 12 personnes, c’est 132 fois « bye ! »
  • On peut faire disparaître une tache de sel avec du vin rouge.
  • Une belle soirée de célibataires : « une table pour un avec du vin pour deux, s’il vous plaît ».
  • La police a arrêté un ventriloque et, une fois rendu au poste, le constable a tout avoué.
  • Le budget nous alloue un café par jour. Juste assez pour ne pas nous réveiller.
  • Les Américains sont déprimés. Il faut les ramasser à la grosse cuillère.

À demain

Je vous rappelle le rappel.