/news/politics
Navigation

Le premier ministre de l'Éducation de l'histoire du Québec, Paul Gérin-Lajoie, est décédé

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Paul Gérin-Lajoie, l’homme derrière la création du ministère de l’Éducation du Québec et la fondation qui porte son nom, est décédé à l’âge de 98 ans.

Il serait mort lundi, chez lui, selon ses proches.

Cet avocat a été l’un des fers de lance de la Révolution tranquille, lui qui a milité avec acharnement pour la mise sur pied du ministère de l’Éducation qu’il a été le premier à diriger en 1964, jusqu’en 1966. Il a aussi été vice-premier ministre durant cette période dans le cabinet de Jean Lesage.

Après avoir mordu la poussière dans la course à la direction du Parti libéral du Québec (PLQ) en 1958, Paul Gérin-Lajoie avait été élu député provincial sous la bannière libérale en 1960 dans Vaudreuil-Soulanges. À la suite de la victoire du PLQ qui chassait l’Union nationale du pouvoir, il avait alors notamment été ministre de la Jeunesse de 1960 à 1964 sous Jean Lesage.

Paul Gérin-Lajoie a démissionné de son poste de député provincial en 1969 pour se tourner vers le développement international. Il a présidé l’Agence canadienne de développement international de 1970 à 1977, avant de créer sa propre organisation, la Fondation Paul-Gérin-Lajoie, basée à Montréal. Cet organisme dédié à l’éducation dans les pays en voie de développement s’est notamment fait connaître par la Dictée P.G.L.

Paul Gérin-Lajoie est aussi à l’origine d’une doctrine portant son nom qui a guidé la politique internationale du Québec à partir du milieu des années 1960. La doctrine Gérin-Lajoie stipule que la province devrait exercer ses pouvoirs à l’étranger dans les domaines dont elle a la responsabilité au pays en vertu de la constitution.

Il a reçu de nombreuses distinctions pour son travail, notamment comme compagnon de l’Ordre du Canada, grand officier de l’Ordre national du Québec, chevalier de la Légion d’honneur, médaille d’or Albert-Einstein attribuée par l’UNESCO, ainsi que grand officier de l’Ordre national du lion du Sénégal, ainsi que du Mali.

De nombreux lieux liés à l’éducation portent son nom dans la province.