/news/consumer
Navigation

De plus en plus de produits au pot pour chats et chiens

Des entreprises québécoises y voient un marché très lucratif

Dany Lefebvre, PDG de l’entreprise de Drummondville Feuille Verte, veut vendre des produits pour animaux contenant du CBD dès que ce sera légal. On le voit ici avec sa chienne Herby, qui est déjà une consommatrice de produits à base de chanvre.
Photo Ben Pelosse Dany Lefebvre, PDG de l’entreprise de Drummondville Feuille Verte, veut vendre des produits pour animaux contenant du CBD dès que ce sera légal. On le voit ici avec sa chienne Herby, qui est déjà une consommatrice de produits à base de chanvre.

Coup d'oeil sur cet article

Les animaux de compagnie sont la nouvelle cible des entreprises de pot qui développent de plus en plus de produits pour leur bien-être.

L’industrie du cannabis ne s’intéresse pas qu’aux êtres humains. Avec une population de 16 millions de chats et chiens au Canada, les compagnons à quatre pattes représentent un marché non négligeable.

S’il n’est pas question de leur faire fumer un joint, les fabricants ne manquent pas d’idées pour le reste, comme des biscuits, de l’huile à ajouter à la nourriture, de la crème hydratante pour le museau et les problèmes de peau, de la cire pour protéger les coussinets des pattes.

Un des biscuits pour chiens fabriqués par une autre entreprise, actuellement en vente illégale sur internet.
Photo courtoisie
Un des biscuits pour chiens fabriqués par une autre entreprise, actuellement en vente illégale sur internet.

La plupart de ces produits contiennent du CBD, une substance présente dans le chanvre et le cannabis qui ne produit pas d’effet psychoactif, contrairement au THC.

Ces produits seront probablement légalisés en 2019 en même temps que les produits comestibles pour humains, mais l’industrie n’a pas encore eu de confirmation.

Une niche lucrative

Une entreprise québécoise souhaite faire sa place dans cette niche. La marque Crocx, qui appartient au groupe Feuille Verte, commercialise légalement déjà dans plusieurs animaleries québécoises une huile de chanvre (une variété de cannabis) sans CBD ou THC.

« Notre supplément alimentaire d’huile rend le poil plus lustré, ça régularise aussi le métabolisme. Ça aide le système digestif, les articulations », explique le PDG de l’entreprise de Drummondville, Dany Lefebvre.

Dès que Santé Canada donnera son feu vert, Crocx comptera une gamme de produits avec du CBD.

« Le CBD aide les animaux qui ont des problèmes d’épilepsie, d’anxiété, des problèmes de peau », souligne M. Lefebvre.

True Leaf, une entreprise canadienne qui offre aussi des suppléments alimentaires à base de chanvre, estime le potentiel de marché à 1,6 milliard $.

« Je suis un peu surpris à quel point c’est populaire », souligne Darcy Bomford, PDG de l’entreprise.

Sa firme attend depuis 2013 une licence de Santé Canada l’autorisant à produire du cannabis et s’est dotée d’une division pour animaux, en 2015.

Cette division a tiré des revenus de 1,4 million $ dans la dernière année, une augmentation de 280 % par rapport à la précédente. Elle veut, elle aussi, investir le marché de produits contenant du CBD. « C’est vraiment juste un début et c’est un marché qui augmente rapidement », ajoute M. Bomford.

Des produits pour animaux contenant du CBD, illégaux pour le moment, se trouvent toutefois déjà facilement sur le marché noir sur internet.

Dans la dernière année, la popularité de ces produits a monté en flèche si on se fie à la quantité de produits disponibles et la place importante qu’ils occupent sur les sites des dispensaires illégaux.

 

Certains vétérinaires préoccupés

Des vétérinaires ont constaté une augmentation des cas d’intoxication des chiens avec des produits comestibles au cannabis destinés aux humains, au cours des deux dernières années.

L’Association des médecins vétérinaires du Québec s’est d’ailleurs dite préoccupée par la situation et a lancé un appel à la vigilance en mars.

« Les animaux absorbent le THC plus rapidement que les humains », explique Darcy Bomford, PDG de True Leaf.

Au Québec, les principales causes d’intoxication des animaux de compagnie sont le chocolat, les médicaments puis le cannabis.

« Ma plus grande préoccupation demeure les produits de cannabis avec du chocolat », dit le vétérinaire Ian Sandler, PDG de la firme Grey Wolf, qui a signé une entente avec le producteur de pot ontarien Canntrust pour développer une gamme de produits pour animaux.

Ian Sandler, <i>vétérinaire et PDG de Grey Wolf</i>
Photo courtoisie
Ian Sandler, vétérinaire et PDG de Grey Wolf

La toxicité du chocolat pour les chiens est bien docu­mentée.

« Il y a eu un ou deux décès de chiens qui avaient consommé des brownies au pot. Mais la question demeure : était-ce à cause du chocolat ou du THC ? » demande le vétérinaire, avant d’ajouter que l’emballage des produits comestibles pour humains devra être à l’épreuve des animaux.

Traiter le cancer ?

Au-delà de cette mise en garde, des vétérinaires, dont M. Sandler, souhaitent pouvoir prescrire du cannabis pour traiter les souffrances des animaux.

« Le THC et le CBD peuvent être utilisés pour traiter des cancers, comme traitement de fin de vie », dit Darcy Bomford, PDG de True Leaf. Je l’ai utilisé sur ma chienne quand elle a eu le cancer. »

« On peut prescrire du fentanyl, de l’oxycontin ou d’autres opioïdes très puissants pour la douleur animale, mais pas du cannabis, et on ne sait pas encore si on pourra le prescrire », ajoute le vétérinaire Ian Sandler, en précisant qu’il faudra davantage de recherches afin de mieux connaître les bons dosages pour animaux.