/travel
Navigation

[VIDEO] Guillaume Sans Destination part à l'aventure au Nouveau-Brunswick

[VIDEO] Guillaume Sans Destination part à l'aventure au Nouveau-Brunswick
Crédit photo : Guillaume Duranceau Thibert

Coup d'oeil sur cet article

En collaboration avec

 

Il y a quelques jours, le globe-trotter Guillaume Sans Destination a décidé de sauter dans un avion pour partir à l’aventure. Après avoir visité les îles Fidji, l’Indonésie et l’Espagne, le Nouveau-Brunswick était sa prochaine escale!

 

Quand je pars en vacances, mon premier instinct est toujours de quitter le Canada. Je veux m’assurer d’être dépaysé, d’embrasser des cultures différentes de la mienne et de savourer le sentiment d’être complètement ailleurs.

Je me suis rendu compte que je faisais fausse route en agissant de la sorte parce qu’au cours des derniers jours, j’ai pu m’emplir de l’impressionnant bagage d’odeurs, de saveurs et d’accents que l’on retrouve dans la définition même d’un bon voyage.

Et ce, dans ma cour, au Nouveau-Brunswick. Accompagné d’une invitée de choix : ma mère!

[VIDEO] Guillaume Sans Destination part à l'aventure au Nouveau-Brunswick
Crédit photo : Guillaume Duranceau Thibert

Depuis Montréal, on passe 1h30 dans les airs bercés par l’album de Beau Dommage et celui des Sœurs Boulay. L’avion se pose rapidement au sol.

Arrivé à Moncton, je mesure l’ampleur historique de la ville. Elle a été fondée en 1670 par des Acadiens, puis reprise par les Britanniques. Ce qui explique pourquoi, ici, on nous parle tout aussi bien en français qu’en anglais. Peu importe la langue, la chaleur nous dore la couenne – et il fait soif!

L’atmosphère est à la fête et un charmant petit pub rustique, le Tide & Boar, nous invite à nous désaltérer. Je scrute chaque parcelle de ce bâtiment centenaire composé de briques et de fer. Je me croirais sur une terrasse de Londres!

Le sourire des gens me fait chaud au cœur et je suis impatient de partir à la découverte du Nouveau-Brunswick, une province qui m’est encore inconnue.

 

Le lendemain, on part plus au sud, direction Hopewell Rocks. L’endroit est renommé pour ses marées qui sont apparemment les plus grandes au monde – elles peuvent atteindre une hauteur équivalente, par moment, à cinq étages. En bordure de mer, d’imposants rochers aux formes spectaculaires se dénudent le dessous de la ceinture pendant la marée basse, nous laissant déambuler longuement, éberlués devant la nature qui a su sculpter pareilles créations au gré des flots. Le temps passe et l’eau monte.

« Vite, en kayak! ». On veut découvrir le littoral depuis une perspective différente. Le vent souffle fort et fait danser vigoureusement l’océan. Pas de problème : j’avais justement envie d’un peu d’action! Ma mère tient le coup, les kayaks aussi. Quelle belle journée!

Nous nous endormons en pleine forêt, agréablement surpris par notre habitation oTENTik, une espèce d’hybride entre une tente conventionnelle et une yourte de Mongolie. C’est le meilleur des deux mondes : un tandem nature et confort! Le tout à un jet de pierre du charmant petit village d’Alma, qui a su nous remplir la panse d’une orgie de fruits de mer. Un pur délice!

[VIDEO] Guillaume Sans Destination part à l'aventure au Nouveau-Brunswick
Crédit photo : Guillaume Duranceau Thibert

Le menu ici, depuis notre arrivée?

  • Déjeuner: Œufs bénédictine au homard
  • Diner: Guédille de homard, hamburger de homard ou bien poutine de homard. Eh oui, une poutine au homard!
  • Souper: Soupe aux fruits de mer suivie d’huîtres locales, puis d’un homard entier!

Miam. En épicurien que je suis, me voilà ravi.

Déjà comblé par ce coin de pays, je suis loin de me douter que le meilleur est encore à venir.

Nous garons le véhicule dans le ventre du traversier qui nous amène sur la mystérieuse île Grand Manan, territoire stratégique autrefois disputé entre les Britanniques et les Américains. Je monte sur le pont du navire en prenant un bain de soleil et en admirant la beauté de la nature qui défile devant moi.

L’île Grand Manan, c’est quoi? Des falaises vertigineuses qui n’ont rien à envier à celles d’Hawaii, la possibilité de faire du camping sur le bord de la mer en se laissant bercer par le chant des baleines, la pureté de l’état sauvage et surtout, la gentillesse des gens qui la peuplent.

À partir du port de Saint-Andrews, nous agrémentons notre périple en naviguant au large de la baie de Fundy. On part à la rencontre de baleines, des phoques et de toutes sortes d’oiseaux.

« Coudonc, est-ce que je suis rendu en Islande? »

Sourire aux lèvres colorées par le coucher de soleil, nous retournons à Saint John pour nous installer sur une petite terrasse du Market Square, habités par le sentiment singulier d’avoir beaucoup vu et vécu, mais aussi d’avoir profité d’une infime étincelle de la culture acadienne et de la joie sincère de ses gens de l’océan.

Ce sentiment unique, celui du voyage, je l’ai eu dans ma cour au Nouveau-Brunswick.


Envie de dépaysement? Misez sur le Nouveau-Brunswick!