/portemonnaie/business
Navigation

La Chine va-t-elle contrôler le monde?

La Chine va-t-elle contrôler le monde?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’une supposée guerre commerciale est lancée, la Chine n’hésite pas à répondre aux taxes et restrictions américaines sur ses importations.

Aujourd’hui, le pays le plus peuplé du monde est aussi une grande puissance économique dont la rapide expansion menace l’hégémonie de ses partenaires-adversaires occidentaux, à commencer par les États-Unis. 

La Chine va-t-elle prochainement contrôler le monde?

Automatisation et intelligence artificielle

La Chine va-t-elle contrôler le monde?
COURTOISIE/CLAUDE LAFOND/ESPACE POUR LA VIE

Son expansion a permis à la Chine de se tourner vers les nouvelles technologies. Le pays développe fortement ses capacités en Big Data et en intelligence artificielle et n’hésite pas à les utiliser.

De sérieux concurrents à la Silicon Valley

Des entreprises de reconnaissance faciale aident la police à élucider des enquêtes. Les robots sont de plus en plus utilisés dans les usines.

Dans un article du New Yorker, le PDG d’une entreprise d’équipement de télécommunications, Gerry Wong, expliquait que le but de l’industrie chinoise était l’automatisation complète des processus.

En trois ans, son entreprise, C.I.G, est passée de 3500 employés à 1800.
L’objectif final : 0 employé.

Les Dark Factories, ou les usines sombres, seraient peuplées de robots qui travailleraient 24 heures sur 24, sept jours sur sept, dans le noir.

De même, les Chinois veulent prendre les commandes de la livraison par drones et de la technologie des drones en général.

Des entreprises ont déjà commencé à envoyer des paquets par drones dans des zones reculées du pays.

Récemment, un outil de santé artificiellement intelligent a battu des médecins chinois dans le diagnostic des tumeurs de cerveau. La machine a émis un bon diagnostic à 87% contre 66% pour les spécialistes humains.

Une récente étude de CB Insights rapporte que, bien que la Silicon Valley reste dominante,  «Pékin et Shanghaï sont les hubs technologiques du futur».

En 2017, on comptait 15 licornes chinoises contre 17 américaines, soit ces startups qui ont atteint une valeur d’un milliard de dollars ou plus.

Les dérives autoritaires de la technologie

La Chine va-t-elle contrôler le monde?
REUTERS

La maitrise des technologies de reconnaissance faciale, de traitement Big Data et d’intelligence artificielle a permis au gouvernement chinois de développer son système de crédit social.

Cet outil de surveillance permet de noter chaque citoyen en fonction de son comportement.

Si le citoyen a une bonne conduite (s’occupe de ses parents, rembourse son crédit à temps, élève ses enfants), sa note augmente et il peut avoir accès à tous les services.

Si au contraire, il se comporte mal (achète des jeux vidéo, critique le gouvernement ou reçoit une amende de stationnement), il peut se voir refuser  l’achat de billet de train ou d’avion.

Cet outil sera aussi utilisé sur les entreprises.

Dans la même lignée, le gouvernement chinois a développé des drones en forme de pigeons qui imitent à 90% les mouvements de l’oiseau afin d’espionner les citoyens, en particulier la minorité ouïghoure dans la région du Xinjiang.

La surveillance généralisée serait donc une nouvelle norme en Chine.

Une influence grandissante, mais encore limitée

La Chine va-t-elle contrôler le monde?
AFP

 

Aujourd’hui, la Chine est la première puissance économique mondiale selon la parité de pouvoir d’achat.

Elle s’investit dans la politique mondiale, finance l’ONU, développe d’importants projets d’infrastructure en Asie et en Afrique et contribue aux décisions économiques mondiales.

Pendant ce temps, les États-Unis de Trump semblent avoir pris une autre tournure avec un retour au protectionnisme, un retrait vis-à-vis des organisations et traités internationaux et une perte d’influence subséquente.

Sans oublier le billion de dettes américaines possédées par la Chine.

Toutefois, il reste encore aux États-Unis une double influence qui leur préserve une avance considérable. 

L’hégémonie culturelle américaine à travers Hollywood, la langue anglaise, la musique et même les habitudes alimentaires (le poulet général Tao est une invention américaine) influence une grande partie de l’Humanité et produit un outil considérable de soft power.

De même, l’hégémonie militaire des États-Unis reste un instrument de pouvoir important. Leurs dépenses militaires représentent 611 milliards de dollars chaque année et ils possèdent 800 bases réparties partout dans le monde.

Mais la Chine s’est aussi lancée dans l’arène.

Elle est la deuxième puissance militaire en termes de dépenses avec 215 milliards de dollars et a inauguré sa première base internationale à Djibouti, en Afrique.

Dans les salles de cinéma chinoises, les récits héroïques et patriotiques comme Wolf Warrior II ont un énorme succès, rappelant le rôle des westerns dans la formation du mythe américain.

Ceci dit, la Chine n’a pas encore atteint la même échelle que les États-Unis et il semble que son retard ne sera pas comblé de sitôt.

Pour autant, la Chine continue à construire sa puissance à l’intérieur et à l’extérieur de son territoire.

Et un jour peut-être, le monde parlera chinois. ZAI JIAN

Petite histoire de Chine

La Chine va-t-elle contrôler le monde?
AFP

Jusqu’en 1949, l’économie chinoise était contrôlée par les Occidentaux. Après être passée par les guerres de l’opium et une colonisation commerciale de plus de 100 ans, les Chinois se sont retrouvés fortement appauvris.

À la fin des années 1940, la révolution communiste de Mao Zedong a installé un régime autoritaire isolé avec une économie planifiée qui a réduit l’extrême pauvreté de la population en permettant l’accès à l’eau, à la nourriture et aux soins de santé.

Pour autant, le pays est resté pauvre et peu développé, sous l’emprise d’un pouvoir central dont les politiques de collectivisation ont provoqué de véritables désastres humains.

À l’aube des années 1980, la mort du Grand Timonier amène Deng Xiaoping au pouvoir. S’amorce alors une époque de réformes majeures.

Le système politique communiste se lie à une forme de libéralisation économique. Les frontières commerciales s’ouvrent, une industrialisation massive est lancée et la Chine devient l’atelier du monde. C’est l’économie socialiste de marché.

Dans les années 2000, le développement continue et la Chine se mondialise à coup d’exportations, entre dans l’OMC et investit fortement à l’étranger.

Avec son président actuel, Xi Jinping, le pays a poursuivi cette tendance en l’accentuant, annonçant une «nouvelle ère» où la Chine serait plus au devant de la scène.

Et cela pourrait passer par un investissement sur le futur technologique du capitalisme.

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux