/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

La «gauche inclusive» dérape...

Manifestation anti-SLAV
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI Un groupe de manifestants se sont regroupés devant le théâtre du Nouveau Monde pour protester contre le spectacle SLAV de Robert Lepage mettant en vedette Betty Bonifassi, à Montréal, le mardi, 26 juin 2018. TOMA ICZKOVITS/ AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une chose est ressortie de tout ce tapage autour de SLAV, la dernière création de Robert Lepage, la gauche inclusive s’est radicalisée, et pas mal à part ça.

C’était en février 2017, à la salle La Tulipe à Montréal. La première fois que j’ai l’occasion d’entendre le show de Betty Bonifassi qui sera à l’origine de la pièce SLAV. J’en étais sorti soufflé, impressionné. Devant moi, des musiciens, des voix, un texte, le tout livré de manière intense, mélodieuse et, par moments, rageuse.

Je n’avais pas porté attention à la couleur de la peau des musiciens, des choristes, ni des propriétaires de la salle de spectacle ou du metteur en scène. La proposition artistique me plaisait, j’y suis allé. J’ai beaucoup aimé. Point à la ligne. Je crois à la liberté artistique totale, condition inaliénable d’un univers que l’on veut sans contraintes. Chacun aura le loisir d’y aller ou pas.

Toutefois, ça ne date pas d’hier que la création de Robert Lepage dérange la gauche inclusive, antiraciste, antifasciste (et quoi encore).

Il y a quelques mois, en décembre 2017, Urbania publiait un texte de la critique Marilou Craft qui annonçait bien ce qui s’en venait :

« Ça fait que ça dit quelque chose que, dans un festival lancé et dirigé par des Blancs alors que le jazz est une tradition noire, dans un théâtre et un milieu qui peinent à représenter la diversité, dans un territoire où l’esclavage a existé pendant deux siècles, mais où on l’ignore ou le nie encore largement tout en s’autoproclamant « nouvelle négritude » et en utilisant le terme à la légère, il soit programmé un spectacle mettant en scène des chants d’esclaves noirs recueillis par des Blancs, adaptés par des personnes blanches et interprétés par une Blanche, dans la mise en scène d’un Blanc, et que toutes les personnes nommées dans la promotion jusqu’à présent sont blanches sauf, peut-être, des choristes non identifiés. »

On savait que ça s’en venait.

Et les censeurs ont vaincu. Facilement en plus. Une manifestation et quelques supputations puis voilà que le Festival de Jazz recule, s’affaisse. Pis fuck la liberté de création. Fuck le travail artistique longuement muri de Betty Bonifassi (je ne me prononcerai pas sur la mise en scène de Lepage, n’ayant pas vu SLAV). Les nouveaux ayatollahs de la rectitude ont parlé. Pas d’art sans « diversité ».

Leur conception de la « diversité ».

Des dérapages inadmissibles

Au cours des dernières heures, un déferlement de mépris et de haine a suivi la présentation de cette œuvre artistique.

Maka Kotto, « nègre de service »

Par exemple, le chroniqueur et militant antiraciste Wiel (Will) Prosper (tel qu’il se présente sur Facebook), dont plusieurs ont dénoncé une de ses publications franchement infectes où il s’en est pris au député péquiste Maka Kotto.

Le populaire blogue La clique du Plateau a partagé la publication – toujours en ligne au moment d’écrire le présent texte. Et ça ne vole pas haut. Prosper lui-même n’hésitant pas à liker un commentaire qui traite Maka Kotto de « nègre de service ».

C’est tout simplement dégoutant.

Mais pas surprenant. Wiel Prosper ayant, sur sa page Facebook toujours, « félicité tous ceux qui ont travaillé à faire annuler la pièce ». On a pu l’entendre aussi la semaine dernière comme analyste au segment Grand angle du Midi info à Radio-Canada. S’est-on donné la peine, dans la grande tour, de regarder un peu ce que ce type publie dernièrement?

« Deux tokens noires comme choristes »

La militante crie Maïtée Labrecque-Saganash y est allée d’un texte qui est annonciateur de la prochaine croisade des militants antiracistes : Kanata, le prochain gros projet de Robert Lepage. On verra peut-être un cortège se déplacer vers New York en décembre prochain pour ameuter le monde de la xénophobie inhérente au travail du metteur en scène québécois... Tiré du texte de la militante :

« Ce débat a aussi attiré mon attention sur un autre projet de Robert Lepage. En partenariat avec le Théâtre du Soleil, le metteur en scène québécois présentera Kanata à New York, du 5 au 19 décembre prochain. La pièce, un parcours au fil de l’histoire canadienne, mettra en lumière les rapports entre Blancs et Autochtones avec un accent sur le féminicide autochtone et le système de pensionnats. J’ai fait ma recherche pour savoir si le processus de création était aussi problématique que celui de SLĀV et – sans surprise – les Autochtones ne semblent pas être inclus. J’admets que de tels événements doivent être racontés, surtout à l’international, où les gens croient que le Canada est champion en matière des droits de l’homme, mais prétendre faire une représentation de nos souffrances sans nous inclure est inacceptable. Lepage a beau se draper de bonnes intentions, cette façon de faire récurrente trahit son désintérêt pour le dialogue. Il ne semble pas non plus y avoir d’acteurs issus des Premières Nations. Décevant, compte tenu du fait qu’il existe des troupes de théâtre autochtones au Québec. Au moins, SLĀV avait deux tokens noires comme choristes. »

La dernière phrase est un manifeste de mépris envers les femmes qui participent à la pièce de Robert Lepage. Une façon de les traiter de « noires de service ». C’est épouvantable. Mais voilà où nous en sommes.

Ce qui est ironique dans les deux cas auxquels je fais allusion ici c’est qu’ils sont l’œuvre de deux des participants du groupe de réflexion Faut qu’on se parle mené par Gabriel Nadeau-Dubois avant son entrée en politique.

Quand je lis pareilles inepties, et toute la déferlante de mépris que ces publications ont engendré, je me demande bien si tout cela en appelle au dialogue justement.

À l’évidence, ceux qui se sont présentés à la manifestation de la première de SLAV dans le cadre du Festival de Jazz de Montréal (FIJM) n’avaient pas envie de discuter. Suffit de consulter les diverses publications des militants antiracistes les plus en vue pour s’en convaincre. Ces gens-là sont radicalisés. Ils cherchent à imposer le silence, à imposer leur cadre à la liberté d’expression. Au nom d’une idéologie bien précise.

Ces gens-là se drapent d’étiquettes autoproclamées telles que « inclusion », « diversité » et « tolérance » alors que tout dans leur démarche suinte le mépris teinté à l’intégrisme idéologique. Des faux curés de vertu.

Ils ont beau se féliciter d’avoir réussi à faire annuler SLAV au FIJM, un trophée qu’ils paradent fièrement, cela se retournera contre eux. C’est un manifeste de leur radicalisation. Et cela mènera à leur marginalisation.

Nous devons dénoncer des intégristes de gauche comme nous le faisons, avec raison, quand des intégristes de droite investissent les locaux d’un site (Vice) pour intimider ceux qui y publient. Malheureusement, nombre de ceux qui se sont indignés (et avec raison) de cette action-ci sont plus frileux quand vient le temps de dénoncer les intégristes de gauche.

Mais ça commence à changer. Dans le cas de SLAV, la gauche inclusive radicalisée a montré son vrai visage.