/entertainment
Navigation

La promotion de la santé par l’activité physique

La promotion de la santé par l’activité physique
Photo Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

La 10e édition du Grand défi Pierre Lavoie s’est déroulée du 14 au 17 juin derniers. Cette randonnée de vélo de plus de 1000 km (en fait 1182 km en 2018) qui implique plus de 1000 cyclistes part de La Baie, au Saguenay, le jeudi, et traverse plusieurs villes et villages du Québec pour se terminer au Stade olympique le dimanche après-midi.

De nouveau cette année, plus de 200 équipes composées chacune de cinq cyclistes ont pédalé afin de faire la promotion de la santé par l’activité physique.

De plus, cet événement phare au Québec a permis de ramasser des fonds qui, d’une part, soutiennent la recherche sur les maladies génétiques rares (dites orphelines) et, d’autre part, financent des projets qui font la promotion de l’activité physique principalement dans les écoles publiques du Québec.

En ce qui me concerne, cela fait maintenant 8 ans que j’ai le bonheur et le privilège d’être le capitaine d’une équipe (IUCPQ – Les Cardiométaboliques) qui porte les couleurs de l’Université Laval, de l’Alliance santé Québec et de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval (IUCPQ - UL).

Notre équipe soutient une école primaire, l’École du Versant/Notre-Dame-de-Foy, qui a bien besoin de notre appui, car le professeur d’éducation physique n’a pratiquement pas de budget du gouvernement pour organiser des activités physiques et sportives diverses.

Notre aide contribue à changer la vie dans cette école, comme dans les centaines d’écoles publiques qui sont soutenues par les équipes de cyclistes effectuant le Grand défi.

De plus, durant le mois de mai, les enfants sont invités à faire les fameux « cubes énergie », parfois même au grand dam de certains parents.

Pourtant, imaginez le scénario : aller jouer dehors offre une occasion unique de tisser des liens avec ses enfants, d’avoir du plaisir et de mettre la tablette et le divan de côté pendant quelques heures.

Malheureusement, la tragédie c’est que nos enfants ne bougent plus suffisamment, et ceux-ci ont probablement atteint un creux historique en matière de déconditionnement physique.

Pourquoi probablement ? Parce que les données fragmentaires disponibles sur la condition cardiorespiratoire (capacité à l’effort) de nos enfants nous suggèrent un déclin marqué depuis les années 80, nécessitant de cibler ce facteur à l’échelle nationale puisqu’il est le déterminant le plus important de leur devenir du point de vue de la santé ou de la maladie, science à l’appui.

Inciter les jeunes à bouger

À défaut de mesurer et de suivre le profil de santé et les habitudes de vie de nos enfants, l’œuvre du Grand défi Pierre Lavoie a au moins le mérite d’inciter notre jeunesse à bouger tout en s’amusant.

Les fondateurs du Grand défi, Pierre Lavoie et Germain Thibault, ont même élargi leur offre d’événements combinant le plaisir à l’activité physique aux adolescents, aux adultes et aux travailleurs, avec toute une panoplie d’événements « wow ».

En raison de mes travaux de chercheur faisant la promotion de la prévention des maladies par l’activité physique, je peux vous souligner qu’il s’agit du plus grand mouvement de société non gouvernemental faisant la promotion de l’activité physique dans le monde.

De plus, c’est avec des messages positifs que le Grand défi Pierre Lavoie fait la promotion des saines habitudes de vie (bouger plus et manger mieux).

Bien sûr, tout mouvement est perfectible, mais nous sommes privilégiés au Québec de pouvoir compter sur ces acteurs sociaux profondément engagés à transformer la société québécoise et qui ont dans leur culture la volonté de faire les choses correctement en écoutant les scientifiques, ce que peu d’autres organisations se donnent la peine de faire.

À mettre en place

Nous avons une science de la prévention à l’Université Laval et à l’IUCPQ – UL qui est de pointe et de calibre international, mais elle dort sur les tablettes de nos bibliothèques scientifiques.

À quand un ministère de la prévention et de la santé durable au Québec afin d’offrir à tous les citoyens ce qu’ils méritent : tous les outils et l’information nécessaires à notre santé et au maintien d’environnements et de comportements compatibles avec la santé de notre planète ?


Bon à savoir

*Jean-Pierre Després est professeur au Département de kinésiologie de la Faculté de médecine de l’Université Laval. Il est également directeur de la recherche en cardiologie à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec. Depuis 2015, il est directeur de la science et de l’innovation à l’Alliance santé Québec.