/misc
Navigation

Encore de la chaleur

Coup d'oeil sur cet article

Après l’humidité écrasante la semaine dernière, c’est maintenant le temps sec qui menace.

Il n’est pas tombé un millimètre de pluie à Montréal depuis le début juillet. Or, le mois de juillet est normalement le plus arrosé de l’année. C’est en juillet que tombent le plus de précipitations à Montréal, soit 94 mm.

Où est passée la pluie ? À Québec ! Il y est tombé 25 mm depuis le 1er juillet. Toute cette pluie est tombée... le 2, alors que de forts orages ont balayé la région, causant une microrafale dans Portneuf.

Ces conditions de sécheresse sont dues à la persistance d’une vaste zone de haute pression sur le centre des États-Unis à l’origine de nombreux records de chaleur. Même la Californie a été touchée par le dôme de chaleur monstrueux recouvrant le pays depuis plusieurs jours.

À Los Angeles, hier, il n’avait jamais fait aussi chaud depuis que des relevés météo ont débuté en centre-ville en 1877. Il faisait 45,0 °C.

Pour se rattraper en pluie et rassurer les cultivateurs et jardiniers, il faudrait quelques bonnes dépressions avec beaucoup d’heures de précipitations cette semaine et la suivante. Or, on ne voit rien de tel dans les cartes pour les prochains jours. On voit plutôt le retour de la chaleur.

Dôme d’air chaud

Même si les critères de canicule ne seront pas atteints cette semaine, les conditions météo sont quand même préoccupantes. Avec du soleil généralisé pendant des jours, des températures jusqu’à 5 °C au-dessus des normales, à près de 30 °C, et une humidité croissante, les prochains jours pourraient être difficiles pour certains.

Selon la santé publique, tous les décès (maintenant au nombre de 60) causés par la canicule ont eu lieu en dehors du réseau de la santé. Aucune victime n’était hébergée dans un établissement de santé.

La plupart étaient des gens démunis, seuls, malades ou vulnérables. Cela signifie que les débats sur la climatisation dans les hôpitaux ou les CHSLD semblent passer à côté du problème. La surmortalité due aux canicules est avant tout un problème de pauvreté, de solitude et d’isolement.